BFMTV

Présidentielle: ce que les candidats vous réservent avant le 1er tour

Les candidats à la présidentielle.

Les candidats à la présidentielle. - Montage BFMTV

Meetings, rendez-vous médiatiques, apéritifs publics: le carnet de bal des cinq plus gros candidats à la présidentielle déborde pour leur dernière semaine de campagne. Revue de leurs initiatives pour convaincre les derniers indécis avant le vote de dimanche.

François Fillon: une photo avec Juppé

L’enjeu: confirmer son léger mieux dans les sondages, après un week-end pascal lors duquel il a multiplié les messages en direction des catholiques et des électeurs conservateurs attachés aux "traditions".

Son planning: les dernières marches de la campagne de François Fillon débuteront par un meeting ce lundi à Nice, bastion électoral de la droite. Christian Estrosi, qui a envoyé quelques signaux ambigus en direction d’Emmanuel Macron, épaulera le candidat Les Républicains pour l’occasion. Le lendemain, François Fillon pourra compter sur le soutien de Xavier Bertrand lors d'une réunion publique à Lille. Mais le point d’orgue de la semaine, en terme d’impact médiatique, pourrait advenir mercredi. Selon plusieurs informations de presse, Alain Juppé pourrait s’afficher avec celui qui l’avait battu à la primaire lors d’un déplacement en région parisienne. François Fillon sera également au JT de TF1 le soir-même, pendant que se tiendront simultanément une centaine de réunions dans toute la France, selon une confidence de son équipe au Monde.

  • Son état d’esprit: "J'ai une forme de sérénité qui m'étonne moi-même. Je sais que je serai au second tour. J'ai cette conviction profonde", a-t-il prédit dans une interview au JDD.

Emmanuel Macron : une avalanche d’événements

L’enjeu: occuper le terrain au maximum et ne pas faiblir dans la dernière ligne droite, alors que le spectre d’un décrochage sondagier plane sur sa fin de campagne.

Son planning: la dernière semaine d’Emmanuel Macron s’ouvre sur une démonstration de force, avec un meeting géant à l’AccorHotels Arena de Paris-Bercy. L’équipe du candidat d’En Marche! espère 20.000 participants. La date ne doit sans doute rien au hasard: organisé lundi, l’événement s’assure une visibilité médiatique pour les jours suivants. Mais Emmanuel Macron ne se reposera pas pour autant le reste de la semaine. Un autre meeting est prévu mercredi à Nantes, en présence de Jean-Yves Le Drian et Daniel Cohn-Bendit, ainsi que deux autres réunions à Rouen puis Arras vendredi. Dans un communiqué ce lundi, l’équipe de campagne de l’ex-ministre annonce également pas moins de 163 réunions publiques en région d’ici au premier tour.

Son état d’esprit: "J'aborde cette dernière semaine avec beaucoup de gravité, beaucoup de préoccupation pour notre pays, avec une volonté de l'emporter", a déclaré Emmanuel Macron ce lundi sur BFMTV-RMC.

Le Pen: un marathon médiatique

L’enjeu: sondages en baisse, polémiques médiatiques… la cheffe du FN doit remobiliser ses partisans pour sortir sa campagne du faux plat dans lequel elle s’est installée ces dernières semaines. Et atteindre son objectif: sortir en tête au premier tour.

Son planning: la présidente du FN continue de mettre en scène son duel avec l’autre favori des sondages, Emmanuel Macron. Alors que ce dernier fait le show à Bercy ce lundi, Marine Le Pen rassemble ses partisans au même moment au Zénith de Paris. Mercredi, elle espère attirer des milliers de ses supporteurs à Marseille. Celle qui a fait campagne dans la "France des oubliés", dans les villes moyennes et les zones rurales, finira son périple dans les grandes agglomérations. Et aussi dans les médias. Avant l’émission électorale de France 2 jeudi, elle enchaînera RTL et TF1 mardi, "l’entretien d’embauche" sur BFMTV-RMC mercredi et un passage au micro de France Bleu Gard Lozère le même jour.

Son état d’esprit: elle "ne pense pas" ne pas pouvoir se qualifier au second tour, comme elle l’a déclaré jeudi 5 avril sur CNews.

Benoît Hamon : une fête place de la République

L’enjeu: susciter un sursaut de l’électorat de gauche en sa faveur, pour au moins sauver les meubles.

Son planning: depuis vendredi, il a avalé des centaines et des centaines de kilomètres dans l’ouest de la France. Un périple de terrain à la rencontre des Français, peu couvert par les grands médias, qui s’achèvera mardi par un meeting toulousain. Nettement distancé dans les sondages, Benoît Hamon compte surtout sur son grand rassemblement "festif et politique" organisé mercredi place de la République, à Paris. Des dizaines d’intellectuels et d’artistes s’y succéderont pour convaincre les électeurs de gauche de soutenir le candidat officiel du PS. Le risque: que l'événement souffre de la comparaison avec le meeting en plein air de Jean-Luc Mélenchon en mars, qui avait rassemblé au même endroit des dizaines de milliers de personnes.

Son état d’esprit: "L’adversité me mobilise. Je finis la campagne en très grande forme. L’emballement final commence", a-t-il assuré dans un entretien à Libération samedi 15 avril.

Jean-Luc Mélenchon: des hologrammes aux quatre coins du pays

L’enjeu: confirmer sa bonne dynamique des dernières semaines. Celui que certains sondages désignent comme le possible troisième homme du scrutin doit éviter tout faux pas. Il lui faut répliquer aux attaques convergentes de ses rivaux sans abîmer son image assagie.

Son planning: c’est un dernier sprint en forme de feu d’artifice que prépare Jean-Luc Mélenchon. Mardi, il tiendra meeting à Dijon pendant que six "hologrammes" du candidat de la France insoumise feront de même à Nantes, Nancy, Clermont-Ferrand, Montpellier, Grenoble et Le Port (La Réunion). Un spectacle coûteux qui devrait marquer les esprits. Tout comme la dernière initiative de sa campagne, vendredi: selon Paris Match, les supporteurs de Jean-Luc Mélenchon vont organiser des "apéros des Insoumis" partout dans les lieux publics pour convaincre les derniers indécis.

Son état d’esprit: "Quand je me présente à une élection, c’est pour la gagner", a juré l’eurodéputé dans les colonnes du Parisien, dimanche.

Ghislain de Violet