BFMTV

Présidentielle 2017: la religion a-t-elle une influence sur le vote?

En 2012, la majorité des catholiques pratiquants avaient voté pour Nicolas Sarkozy, alors que les musulmans avaient plébiscité François Hollande.

En France, les catholiques représentent environ 10% de la population française. Historiquement, les plus pratiquants ont tendance à voter à droite. Lors de la dernière élection présidentielle, cet électorat a massivement soutenu Nicolas Sarkozy. Selon un sondage Harris Interactive datant du 7 mai 2012, 79% des catholiques pratiquants avaient voté pour lui.

Cette année, c'est François Fillon qui semble avoir leurs faveurs, lui qui est jugé être un meilleur défenseur de leur conviction religieuse. Selon le journaliste de La Croix Guillaume Goubert, c'est en partie parce que "François Fillon s'est fortement engagé pour les Chrétiens d'Orient".

"Il est favorable au rétablissement des allocations familiales universelles, pour toutes les familles, quels que soient leurs revenus. Il est aussi favorable à une réécriture de certains aspects de la loi Taubira sur le Mariage pour Tous", justifie-t-il également.

Chez les électeurs de confession juive, c'est également le vote à droite qui domine. En 2007 et 2012, ils avaient majoritairement voté en faveur de Nicolas Sarkozy, qui était alors perçu comme étant le candidat avec les meilleures propositions en matière de lutte contre l'antisémitisme, ainsi que celui étant le plus sensible à la défense de l'Etat d'Israël.

BFMTV3172763.PNG
BFMTV3172763.PNG © -

Les musulmans votent plus à gauche

A l'inverse, les Français de confession musulmane votent eux plutôt à gauche. Lors du dernier bulletin présidentiel, ils ont largement plébiscité François Hollande. 85% des musulmans avaient voté pour l'actuel président de la République. Mais ce vote massif ne s'explique pas forcément par la religion, mais plus par la catégorie sociale.

"Il se pose la question de savoir s'ils seraient orientés à gauche parce qu'ils sont musulmans ou parce qu'étant musulmans, ils appartiennent aussi à des catégories sociales plus orientées vers la gauche", analyse le chercheur au Cevipof Bruno Cautres, qui affirme qu'"une partie non négligeable des Français de confession musulmane viennent d'une catégorie sociale de milieu plus populaire".

BFMTV3172764.PNG
BFMTV3172764.PNG © -
F. H. avec Aymeric Barrault