BFMTV

Présidentielle 2022: Guillaume Peltier, numéro 2 de LR, apporte son soutien à Xavier Bertrand

Guillaume Peltier à Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher, le 20 janvier 2020.

Guillaume Peltier à Romorantin-Lanthenay dans le Loir-et-Cher, le 20 janvier 2020. - GUILLAUME SOUVANT © 2019 AFP

Le vice-président délégué des Républicains estime que les partisans d'une primaire au sein des Républicains font "fausse route", car c'est "une machine à perdre et à diviser".

Guillaume Peltier apporte ce lundi son soutien à Xavier Bertrand dans la course à la présidentielle, "seul capable de faire gagner la droite" en 2022. Le numéro 2 de LR juge qu'une primaire ferait "perdre cinq mois" et générerait "des divisions".

"J'ai donc décidé de montrer l'exemple, de renoncer moi-même à toute participation à une primaire en soutenant avec force, dès aujourd'hui, le mieux placé d'entre nous, le seul capable de battre Emmanuel Macron et de faire gagner la droite: j'apporte mon soutien à Xavier Bertrand", dit-il dans un entretien au Parisien.

Hostile à une primaire

Son annonce intervient à la veille d'un bureau politique de LR lors duquel le maire d'Antibes Jean Leonetti doit présenter ses pistes pour départager les candidats de droite à la présidentielle.

"On ne peut plus se permettre de perdre cinq mois de primaire et de divisions. Ma ligne, c'est l'unité et la victoire de la droite", exhorte Guillaume Peltier, qui appelle à "mettre les ambitions personnelles de côté".

Pour lui, "Xavier Bertrand incarne, comme Nicolas Sarkozy en 2007, la France populaire", et "il a compris les trois enjeux de la présidentielle: le travail et les salaires face à l'assistanat, l'autorité face à l'islam politique, les libertés de nos provinces face au centralisme parisien".

"Sa dynamique est forte"

Entre autres atouts de Xavier Bertrand aux yeux de Guillaume Peltier: "il n'a pas fait l'ENA, n'est pas haut fonctionnaire", et "sa dynamique est forte avec déjà 20% des intentions de votes au premier tour de la présidentielle" selon les sondages.

Aussi, "je respecte ceux qui veulent s'engager dans une primaire mais je leur dis: Vous faites fausse route, nous n'avons pas le droit d'engager une machine à perdre et à diviser, à 280 jours de l'élection présidentielle", insiste-t-il.

Après leurs réélections aux élections régionales, l'ex-LR Xavier Bertrand, président des Hauts-de-France et candidat déclaré à la présidentielle, l'ex-LR, présidente de Libres! et de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui tranchera "après l'été" sur une éventuelle candidature, et le LR Laurent Wauquiez, réélu largement à la tête d'Auvergne-Rhône-Alpes, sont plus que jamais en concurrence pour représenter leur camp en 2022. Le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau a de son côté dit son souhait de participer à une primaire.

S.B.M avec AFP