BFM Lille

Xavier Bertrand réélu président du conseil régional des Hauts-de-France

Le président sortant avait récolté 52, 37% des suffrages exprimés au second tour des élections régionales. C’est son deuxième mandat en tant que président de région.

Xavier Bertrand a été réélu sans surprise vendredi président du conseil régional des Hauts-de-France, dans un hémicycle où la gauche fait son retour, et a promis de continuer à se battre pour la région bien qu'il ait déjà déclaré sa candidature à la présidentielle.

"Mon énergie sera tournée pour continuer à me battre pour les Hauts-de-France et ses habitants", a assuré M. Bertrand après avoir été réélu sans problème par les 110 voix de sa majorité - qui en comptait 116 sous le mandat précédent - sur un total 170 élus.

Un hémicyle plus représentatif

Les deux autres candidats, les anciennes têtes de liste Sébastien Chenu (RN) et Karima Delli (union de la gauche et des écologistes) ont recueilli respectivement 32 et 28 voix.

Sous le mandat précédent, le FN constituait la seule opposition à la majorité de Xavier Bertrand, avec 54 élus. Xavier Bertrand n'avait dû sa victoire en 2015 qu'au désistement de la liste socialiste après l'arrivée en tête au premier tour de Marine Le Pen.

Le président réélu a salué vendredi "un hémicycle davantage représentatif des forces politiques de la région", Karima Delli voyant pour sa part dans le retour de la gauche une "très bonne nouvelle pour la démocratie" et promettant une opposition "intransigeante" mais "constructive".

L’ombre de l’abstention

Sébastien Chenu a souligné que la très forte abstention aux régionales devait constituer une "terrible leçon d'humilité" pour la majorité.

"Nous continuerons à être la conscience sociale et patriote de cette assemblée au moment où, à peine élu, vous avez réaffirmé votre souhait, Monsieur le président, de voir l'âge de la retraite allongé jusqu'à 65 ans", a lancé M. Chenu, pointant le "cynisme d'une campagne électorale régionale lorsqu'elle n'est qu'un prétexte à une autre mission".

Le bras droit de Xavier Bertrand, Christophe Coulon, avait souligné au soir du second tour que le président réélu délèguerait davantage au cours de ce mandat que du précédent tout en restant un "président actif".

M.H. avec AFP