BFMTV

INFOGRAPHIE – Le financement de la campagne présidentielle passé à la loupe

Emmanuel Macron en déplacement à Londres lors de la campagne présidentielle (février 2017)

Emmanuel Macron en déplacement à Londres lors de la campagne présidentielle (février 2017) - Daniel LEAL-OLIVAS / AFP

Emmanuel Macron a emprunté aux banques 10,7 millions d’euros pour financer sa campagne présidentielle. De son côté, Jean-Luc Mélenchon est le candidat qui a reçu le plus de dons: 3,2 millions d’euros en comptant le travail bénévole des Insoumis. Découvrez en détail les recettes de campagne des candidats à l’élection présidentielle de 2017.

Les chances de victoire d’un candidat à l’élection présidentielle dépendent de ses idées, de son charisme, de son sens de la rhétorique, mais aussi de sa capacité à lever des fonds. Emmanuel Macron a ainsi dépensé 16,8 millions d’euros pour se faire élire. Le Journal officiel a publié très discrètement les comptes de campagne des candidats la semaine dernière.

Sans parti politique historique pour le soutenir, Emmanuel Macron a surtout dû compter sur les banques. Il a contracté un emprunt total de 10,7 millions d’euros, soit 63% de ses recettes. Au contraire, François Fillon n'a demandé aucun prêt bancaire grâce aux retombées financières de la primaire de la droite. De son côté, Jean-Luc Mélenchon s’est appuyé sur sa communauté d'Insoumis: entre les dons et le bénévolat, les personnes physiques ont participé à sa campagne à hauteur de 3,2 millions d’euros.

Les infographies ci-dessous détaillent les sources de financement des cinq principaux candidats à l’élection présidentielle de 2017. Survolez les cases pour connaître l'intitulé et la somme de chaque compte.

Emmanuel Macron: 10,7 millions d'euros de prêts bancaires

Emmanuel Macron, ancien banquier d'affaires, a réussi à convaincre les investisseurs: il a levé 10,7 millions d’euros de prêts, soit 63% de son budget. Les formations politiques ont contribué à l’autre grosse partie de son budget: 4,6 millions d’euros (27%). Cependant, le Journal officiel ne précise pas si l’argent vient de son mouvement En Marche! ou du Modem.

En février, Emmanuel Macron déclarait compter principalement sur les dons des sympathisants pour financer sa campagne. Il ne figure pourtant qu’1 million d’euros provenant de particuliers sur son compte de campagne.

Marine Le Pen: 11,8 millions d'euros empruntés à des formations politiques

La présidente du Front national a eu beaucoup de mal à emprunter auprès des banques pour sa campagne. Elle s’est donc tournée vers les partis politiques, qui lui ont prêté au total 11,8 millions d'euros, soit 94% de ses recettes. Jean-Marie Le Pen a par exemple financé la campagne de sa fille grâce à son micro-parti Cotelec.

Face au refus des banques, Marine Le Pen a régalement collecté 376.780 euros grâce aux banquets républicains et à la vente de goodies.

Jean-Luc Mélenchon: 3,2 millions d'euros de dons et bénévolat

Le patron de La France insoumise a profité du plus grand élan de générosité parmi les candidats en lice. Entre les dons et le travail bénévole, le compte de campagne de Jean-Luc Mélenchon enregistre 3,2 millions d'euros de recettes liées aux particuliers, soit près d'un tiers de son budget.

En s’organisant sur la plateforme de communication vocale Discord, les Insoumis ont par exemple produit le jeu vidéo Fiscal Kombat, qui compte comme un "concours en nature" dans le Journal officiel. En effet, le mouvement des Insoumis a permis à chacun de participer à sa façon à la campagne présidentielle et toute prestation, même gratuite, fait l'objet d'une évaluation comptable.

François Fillon: le parti a financé 11,3 millions d'euros

Avec 8,6 millions de participants, la primaire de la droite a rapporté une manne de près de 10 millions d'euros, directement versée au candidat vainqueur pour financer sa campagne. François Fillon a également profité des ressources humaines et matérielles du parti Les Républicains: son concours en nature s’élève à 1,2 million d’euros. Résultat, le parti de droite a contribué au total à 11,4 millions d’euros de la campagne présidentielle du candidat, soit 82% du budget global.

Après Emmanuel Macron, François Fillon est le candidat qui a le plus gros apport personnel, soit 338.107 euros (495.852 euros pour son rival).

Benoît Hamon: endetté de 8 millions d'euros pour 6,3% des voix

La primaire de la gauche n’a pas été aussi rentable que celle de la droite: résultat, le candidat vainqueur a pioché autant dans les caisses du Parti socialiste que dans celles des banques. Benoît Hamon a emprunté 8 millions d’euros pour sa campagne, c’est le deuxième plus gros prêt bancaire signé pour cette présidentielle. L’ancien député socialiste, malgré un budget de 15,2 millions d’euros, n’a obtenu que 6,3% des voix.

Après vérification des comptes de campagne, l'Etat remboursera 8.004.225 euros pour les candidats présents au premier tour et 10.691.775 euros pour les deux finalistes présents au second tour.

Emeline Gaube