BFMTV

Hamon veut s'adresser à tous, au-delà de Mélenchon

Banoît Hamon

Banoît Hamon - PASCAL LACHENAUD / AFP

Benoît Hamon a affirmé que sa "priorité ne consiste pas à parler aux appareils" politiques mais à tous les électeurs, épinglant les "conditions fortes" posées par Jean-Luc Mélenchon pour envisager le rassemblement.

Le candidat a affirmé ce dimanche lors du Grand Jury RTL/LCI vouloir s'adresser "aux électeurs de gauche et à tous les Français", c'est-à-dire "au-delà même des formations politiques, aux grands réseaux qui sont ceux de la lutte contre la pauvreté, contre l'exclusion, dans le domaine de l'écologie, de l'éducation, pour leur dire qu'il n'est pas possible que la gauche soit absente du deuxième tour de l'élection présidentielle".

Car il s'agit effectivement pour Benoît Hamon d'alerter :

"Nous ne pouvons pas nous permettre d'assister passifs à un second tour entre la droite, qui est une droite dure, et l'extrême droite, a insisté la candidat. C'est la raison pour laquelle je serai tenace, têtu. Je respecte les égos, j'en ai moi-même un. Mais si la dynamique se confirme, vous verrez, elle parviendra à vaincre bien des réticences."

"Je ne suis pas un amoureux éconduit" répond Mélenchon

Hamon et Mélenchon ont ouvert en fin de semaine des discussions pour aboutir à un rassemblement qui paraît extrêmement hypothétique au vu des positions de l'un et l'autre.

"Il a posé des conditions fortes", a souligné Benoît Hamon à propos du leader de La France insoumise, qui demande notamment à ne nouer aucun accord avec Emmanuel Macron et à ne pas investir pour les législatives les ministres du quinquennat.

"J'apprends que j'aurais fermé la porte, mais c'est quand même moi qui ai fait le pas. Je trouve ça dommage mais je ne vais pas passer ma vie dessus. Je ne suis pas un amoureux éconduit", a pour sa part estimé ce dimanche Jean-Luc Mélenchon. Ambiance.

dossier :

Benoît Hamon

C.C. avec AFP