BFMTV

Municipales à Paris: affrontement verbal entre Hidalgo et NKM

Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet

Anne Hidalgo et Nathalie Kosciusko-Morizet - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le débat entre les deux candidates à la mairie de Paris a tourné à l'affrontement mercredi soir, tant NKM et Anne Hidalgo se sont rendu coup pour coup. A l'arrivée, des échanges souvent cacophoniques.

Le débat tant souhaité par la candidate UMP à la mairie de Paris, Nathalie Kosciusko-Morizet, face à sa rivale PS, Anne Hidalgo, a duré une heure. Une heure durant laquelle les attaques et les accusations de mensonge ont fusé de toutes parts. Et, en conclusion, ni NKM, ni Anne Hidalgo n'envisagent "l'échec" dimanche prochain. "Je suis en conquête, rendez-vous dimanche", a lancé la candidate PS. "Je crois en ce que je fais, je ne pense pas à autre chose", a répliqué NKM lors de ce face-à-face retransmis sur iTélé et RTL.

Dimanche, la candidate UMP est arrivée en tête du premier tour à Paris, à la surprise générale. Mais le rapport de force dans l'ensemble des arrondissements lui apparaît, à quatre jours de l'échéance, plutôt défavorable.

Il n'empêche: l'une et l'autre n'ont cessé de s'invectiver, à grand renfort de documents ou de panneaux par exemple. Nathalie Kosciusko-Morizet a par exemple sorti devant Anne Hidalgo un document, "réalisé par les services de la mairie", selon elle, représentant des projections de hausses d'impôts potentielles. "C'est un faux", répond la candidate PS qui sort alors un panneau montrant qu'à Paris le montant des impôts locaux est de 1.239 euros (taxe d'habitation + taxe foncière) contre 2089 euros à Longjumeau, la ville dont NKM a été maire ces dernières années avant de s'engager dans la bataille pour la capitale.

Les alliances fustigées

Ce n'est qu'une part des reproches adressés de part et d'autre. Anne Hidalgo critique régulièrement le "Paris bashing" de sa rivale à qui elle reproche de vanter Londres ou l'affuble du surnom de "ministre du diesel", en référence à son action comme ministre de l'Ecologie. En face les "menteuses" fusent. Les alliances nouées dans l'entre-deux tours ont également animées les discussions -déjà bien animées- entre les deux femmes.

"C’est revenir au déshonneur de Paris que de se mettre sous la protection de Dominique Tiberi", dénonce Anne Hidalgo après l'accord passé entre la candidate de NKM dans le 5e arrondissement avec le fils de l'ancien édile. Et de l'attaquer aussi sur le cafouillage autour de sa liste dans le 12e, où un candidat a été évincé puis finalement inscrit au grand dam de... Christine Boutin. "Vous ne vous mettez d’accord que pour des postes et pas pour des mesures" avec EELV, a répliqué NKM, en référence à la fusion des listes PS avec celles de écologistes et du front de gauche. Entre les piques et les attaques, pas sûr que le message de fond de chacune soit passé.

De vendredi à minuit, jusqu'à dimanche 20 heures, des règles très strictes s'imposent aux candidats, mais aussi aux internautes. Conformément à l'article L. 52-2 du code électoral, il est interdit de poster un commentaire pouvant influencer le vote, ou un résultat. L'amende prévue en cas de sanction est de 3.750 euros. C’est pourquoi par mesure de prévention nous fermons aux commentaires ce week-end les articles évoquant les municipales. Merci de votre compréhension.

Samuel Auffray