BFMTV

Municipales à Marseille: Mennucci menace de suspendre son adhésion au PS

Patrick Mennucci le 25 mars à Marseille.

Patrick Mennucci le 25 mars à Marseille. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le candidat PS à la mairie de Marseille souhaite que Jean-Noël Guérini, président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, soit exclu du parti socialiste après les municipales. Sinon, il menace de rendre sa carte du parti.

Patrick Mennucci va-t-il quitter le Parti socialiste? Le candidat PS à la mairie de Marseille, arrivé troisième au premier tour des municipales, dénonce vendredi l'accord passé entre Lisette Narducci, une proche de Jean-Noël Guérini, et Jean-Claude Gaudin, maire sortant UMP, dans le 2e secteur de Marseille. Pour Patrick Mennucci, trop c'est trop: il réclame l'exclusion du PS du président du Conseil général des Bouches-du-Rhône, dont il dénonce "les actes politiques insupportables".

"Dans la semaine qui va venir, pour le PS, ce sera ou Guérini ou moi. Il faudra qu'il choisisse. On ne peut pas continuer comme cela", a déclaré Patrick Mennucci devant la presse.

"J'attends son expulsion depuis deux ans et demi"

"J'attends qu'il soit expulsé du PS depuis deux ans et demi, j'espère que ce sera la semaine prochaine. Je ne resterai pas dans la même organisation politique qu'une personnalité qui s'est alliée avec Jean-Claude Gaudin et met en oeuvre les forces obscures pour empêcher le renouveau de Marseille", a poursuivi Patrick Mennucci.

"Certes, le PS ne peut pas procéder à l'exclusion uniquement sur la foi de mise en examen, mais les actes politiques de Jean-Noël Guérini son insupportables. S'il est toujours membre du PS dans les semaines qui viennent, je suspendrai mon adhésion à ce parti dont je suis membre depuis 40 ans", a conclu Patrick Mennucci.

>> Municipales: les derniers sondages

Élections

Les résultats dans votre ville

Ex : Lyon, 69 ou Lyon, 69002

Sélectionnez votre électionPrésidentielle 2002Présidentielle 2007Législatives 2007Présidentielle 2012Législatives 2012Municipales

De vendredi à minuit, jusqu'à dimanche 20 heures, des règles très strictes s'imposent aux candidats, mais aussi aux internautes. Conformément à l'article L. 52-2 du code électoral, il est interdit de poster un commentaire pouvant influencer le vote, ou un résultat. L'amende prévue en cas de sanction est de 3.750 euros. C’est pourquoi par mesure de prévention nous fermons aux commentaires ce week-end les articles évoquant les municipales. Merci de votre compréhension.

A. K. avec AFP