BFMTV

Municipales: Jean-Claude Gaudin, Marseille dans la peau

Jean-Claude Gaudin en 1989, six ans avant son élection à la mairie de Marseille.

Jean-Claude Gaudin en 1989, six ans avant son élection à la mairie de Marseille. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

PORTRAIT - A 74 ans, dont 19 passés à la mairie de Marseille, Jean-Claude Gaudin va repartir pour un quatrième mandat, sans vraiment avoir été inquiété. Portrait d’un monstre de la politique.

Qu’on se le dise, le "vieux lion" bouge encore. Après une campagne savamment maîtrisée, Jean-Claude Gaudin va en effet rempiler pour un quatrième mandat à la mairie de Marseille, qu’il tient depuis maintenant 19 ans.

L’homme est connu pour sa bonhomie, ses anecdotes empreintes de l’accent local, mais aussi pour les piques qu’il réserve à ses adversaires. Son habileté ne doit d’ailleurs rien au hasard: "le maire", comme les Marseillais ont coutume de l’appeler, est un fou de politique.

Le modèle Gaston Defferre

Son surnom de "vieux lion" est emprunté à Gaston Defferre, maire emblématique socialo-centriste de la cité phocéenne durant 33 ans, et modèle de Jean-Claude Gaudin. C’est sous ses ordres que se déroule, en 1965, le premier conseil municipal auquel il participe.

C’est également de lui qu’il apprendra à tirer les ficelles de la politique locale. En témoigne le soutien, toujours aussi fort, du syndicat Force Ouvrière, pour lequel Defferre avait œuvré contre la CGT du Parti communiste. 

C’est encore lui qui lui infligera une défaite au goût amer lors des élections municipales de 1983. Gaudin, qui se présente contre son mentor, obtient plus de voix que son adversaire, mais n’est pas élu. Gaston Defferre, alors ministre de l’Intérieur, venait tout juste de modifier le découpage électoral de Marseille à sa mesure.

Gaudin sait "tenir" Marseille

Pas de quoi décourager Jean-Claude Gaudin, qui conquiert la mairie en 1995, au bout de sa troisième tentative. Il ne la lâchera plus. 

Membre de l’UDF, puis de l’UMP, il est tour à tour député (1978-1989), et sénateur (1989-1995, puis réélu en 1998), ce qui lui vaut de partager sa vie entre Marseille et Paris.

Ce qui ne l’empêche pas de "tenir" la ville, et ses secteurs clés: le syndicat FO, mais aussi la société des eaux, ou les hôpitaux de Marseille. Et d’éliminer ses adversaires politiques un à un, beaucoup ne l’ayant même pas vu venir.

La santé, pire ennemie de Gaudin

Jean-Claude Gaudin a longuement hésité avant de se représenter. Mais, selon lui, personne d’autre n’était en mesure d’empêcher la bascule à gauche, disait-on à Paris.

Il n’a d’ailleurs pas fallu beaucoup de temps pour le convaincre, lui qui, célibataire et sans enfant, considère Marseille comme sa seule famille. Seule ombre au tableau, sa santé vacillante, qui l’a un temps fait douter de sa réussite lors de ces élections municipales. On prête d'ailleurs à Gaudin le plan caché consistant à démissionner à mi-mandat, pour mieux introduire son protégé, Yves Moraine.

Finalement, le vieux lion sera parvenu à ses fins, comme il en a l’habitude: sans vraiment se fatiguer.

Élections

Les résultats dans votre ville

  • Ex : Lyon, 69 ou Lyon, 69002
  • Sélectionnez votre électionPrésidentielle 2002Présidentielle 2007Législatives 2007Présidentielle 2012Législatives 2012Municipales
Yann Duvert