BFMTV

Municipales à Marseille: Mennucci ou le rassemblement de la dernière chance

Patrick Mennucci, (ici en présence de la ministre Marie-Arlette Carlotti) peine à rassembler toute la gauche marseillaise.

Patrick Mennucci, (ici en présence de la ministre Marie-Arlette Carlotti) peine à rassembler toute la gauche marseillaise. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Le candidat socialiste a fusionné sa liste avec celle du Front de gauche, mais a échoué à rallier celle de Pape Diouf. Les abstentionnistes sont également dans son viseur.

Touché mais pas coulé. Après la désillusion du premier tour des élections municipales à Marseille, qui a vu Patrick Mennucci essuyer une cuisante défaite (seulement 20% des voix), le candidat socialiste tente de rassembler au-delà de son camp. Largement distancé par le maire sortant (UMP) Jean-Claude Gaudin (38%) et figurant même derrière le FN Stéphane Ravier (22%), Patrick Mennucci s'est employé ce lundi à remobiliser ses troupes.

"Ressaisissez-vous, on peut encore changer le destin de cette ville!", a-t-il ainsi lancé sur un marché populaire, où il a brièvement été rejoint par la sénatrice Samia Ghali, qui disait, elle aussi, croire "à un sursaut". "Aujourd'hui, on a la nécessité de rassembler toute la gauche. La vérité, c'est que nous n'avons pas réussi à nous unir au premier tour. C'est ce qui conduit à cet émiettement", a analysé le candidat socialiste.

Le Front de gauche dit oui, Pape Diouf refuse

C'est en partie chose faite. Patrick Mennucci et le patron local du Front de gauche, Jean-Marc Coppola, ont ainsi annoncé le "rassemblement" de leurs listes pour "faire barrage" au FN et "changer le destin" de Marseille. Pour rappel, la gauche de la gauche a obtenu 7,1% des suffrages lors du prmier tour.

Cependant, le pari n'est qu'à moitié gagné, puisque Pape Diouf, candidat sans étiquette mais plutôt marqué à gauche, a refusé de s'allier aux socialistes, selon les informations de BFMTV. "On nous propose de fusionner avec des listes du PS, c'est à dire de nous allier pour perdre. On n'y succombera pas", a-t-il notamment affirmé. L'ancien dirigeant de l'Olympique de Marseille, qui a obtenu près de 6% des voix, laisse donc le soin à ses électeurs de "voter avec leur conscience". Pas vraiment ce qu'avait espéré Patrick Mennucci, donc.

L'abstention, clé du scrutin

Mais un éventuel changement de majorité à Marseille ne pourra passer que par une forte mobilisation des électeurs. Avec un taux largement supérieur à la moyenne nationale (46,47%), l'abstention lors de ce premier tour a laissé une importante réserve de voix à disposition des candidats.

Patrick Mennucci l'a bien compris, et a commencé à faire passer le message: "Vous avez sanctionné le gouvernement au premier tour, au second, vous devez sanctionner Gaudin". Reste à savoir si les Marseillais en ont envie.

Élections

Les résultats dans votre ville

  • Ex : Lyon, 69 ou Lyon, 69002
  • Sélectionnez votre électionPrésidentielle 2002Présidentielle 2007Législatives 2007Présidentielle 2012Législatives 2012Municipales
Yann Duvert