BFMTV
Législatives
en direct

"Si bonhomme, tu vas le nommer": Grégoire accuse Bompard de "bafouer le respect républicain"

"Si bonhomme, tu vas le nommer": Grégoire accuse Bompard de "bafouer le respect républicain"

Olivia Grégoire en mai 2018 à l'Assemblée nationale

A six jours du premier tour des législatives, les candidats sont lancés dans la dernière ligne droite de leur campagne. L'ancien président François Hollande se déplace à Tulle accompagné de Carole Delga pour soutenir une candidate PS dissidente.

Fin du live

Ce live est maintenant terminé, merci de l'avoir suivi.

Pour la NUPES, "Macron organise la pagaille" après des dysfonctionnements lors du scrutin à l'étranger

Dans un communiqué publié diffusé ce lundi en fin d'après-midi, la coalition de gauche s'est dans un premier temps réjoui "de la qualification au second tour des candidatures de la Nouvelle Union Populaire écologique et sociale (NUPES) dans 10 des 11 circonscriptions des Français de l'étranger."

Mais, dans ce même document, cette dernière a pointé plusieurs "dysfonctionnements majeurs, préoccupants pour le bon fonctionnement de notre démocratie" et accuse le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin de ne savoir "ni organiser la police ni des élections."

Parmi les griefs, plusieurs points dont "l'indisponibilité du portail de vote sur internet pendant plusieurs heures", des "problèmes de transmissions des codes d'identification ou des mots de passe nécessaires aux votes", la présence du "seul bulletin de vote de la candidate macroniste et absence de tous les autres pendant plusieurs heures au bureau de vote de La Paz en Bolivie" ou encore des affiches de la NUPES absentes à New York.

Législatives: Marine Le Pen crédité de 51% d'intentions de vote au premier tour dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais

Selon un sondage Ifop-Fiducial pour LCI, la candidate RN à sa réélection à Hénin-Beaumont obtiendrait 51% des suffrages, devançant la Nupes et la majorité présidentielle.

Toutefois, pour retrouver son siège de parlementaire dès le premier tour, Marine Le Pen doit également obtenir au moins 25% des voix d'inscrits. Dans le cas contraire, le match se jouera lors d'un second tour, une semaine plus tard.

En somme, plus l'abstention est forte, plus il est difficile pour les candidats de se qualifier dès le premier tour. Dans cette circonscription, en 2017, l'abstention était de 53% au premier tour.

"J’aurais dû dire que je voulais l’emmerder": Bompard répond à Grégoire et assume ses propos sur Macron

La passe d'armes se poursuit entre la majorité présidentielle et La France insoumise. Alors que ses propos sur Emmanuel Macron ont fait réagir la porte-parole du gouvernement, le candidat LFI aux législatives Manuel Bompard assume l'avoir surnommé "bonhomme" et n'hésite pas à aller plus loin.

"J’aurais dû dire que je voulais l’emmerder, qu’il n’était rien ou qu’il était cynique et fainéant. Cela aurait été bien plus respectueux pour la République!", lance-t-il provocateur.

Olivia Grégoire avait accusé un peu plus tôt l'ancien directeur de campagne de Jean-Luc Mélenchon de "bafoue(r) sans vergogne le respect républicain le plus élémentaire".

Darmanin condamne les propos "déshonorants" de Mélenchon sur une police qui "tue"

Le ministre de l'Intérieur condamne fermement ce lundi sur Twitter les propos "déshonor(ant)" de Jean-Luc Mélenchon sur une police qui "tue".

"Les policiers, les gendarmes méritent le respect. Ils font un travail courageux, difficile et risquent leur vie à chaque instant. Les insulter déshonore ceux qui veulent gouverner", appelle-t-il.

"La police tue et le groupe factieux Alliance justifie les tirs et la mort pour 'refus d'obtempérer'. La honte c'est quand?", avait lancé Jean-Luc Mélenchon, en réaction à la mort d'une femme après une course-poursuite avec les forces de l'ordre.

"Si bonhomme, tu vas le nommer": Grégoire reproche à Bompard de "bafouer le respect républicain"

Les propos de Manuel Bompard ne passent au gouvernement. La porte-parole de l'Elysée Olivia Grégoire a accusé ce lundi sur Twitter le candidat LFI aux législatives de "bafouer sans vergogne le respect républicain", après avoir enjoint Emmanuel Macron à "nommer" Jean-Luc Mélenchon comme Premier ministre en qualifiant le chef de l'Etat de "bonhomme".

"Vous bafouez sans vergogne le respect républicain le plus élémentaire. La République, c’est toujours vous?", s'est agacé la porte-parole.

"Quand (Emmanuel Macron) nous dit 'Jean-Luc Mélenchon ne peut pas être Premier ministre parce que je le nommerai pas', on lui dit 'Bah si, bonhomme, tu vas le nommer'", avait lancé Manuel Bompard ce lundi matin sur Sud Radio.

Défaite de Valls: "à force de reniements et de lâchetés, la gauche patriote n’existe plus" pour Zemmour

Éric Zemmour porte un jugement sévère sur le parcours de l'ancien Premier ministre, sèchement battu hier soir dans la 5ème circonscription de l'étranger.

"L’élimination de Manuel Valls montre qu’à force de reniements et de lâchetés, la gauche patriote n’existe plus. Désormais cette gauche n’a plus le choix qu’entre se dissoudre dans le macronisme ou dans l’islamogauchisme", juge le patron de Reconquête, lui-même candidat aux législatives dans le Var, au micro de BFMTV.

Gilles Le Gendre accusé par Rachida Dati de "harcèlement sexuel et moral": Stanislas Guérini affirme qu'il n'était pas au courant

"Que la justice puisse faire son travail" a déclaré ce lundi Stanislas Guérini à propos des accusations de "harcèlement sexuel et moral" de la part de Rachida Dati au sujet de Gilles Le Gendre. La LR a effectué un signalement, deux semaines après l'affaire Abad.

Le patron des marcheurs et nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publique a affirmé ne pas avoir été au courant de ces agissements au préalable. Et ne pas avoir échangé à ce sujet avec Rachida Dati.

Après la défaite de Valls, Vojetta, le dissident LaREM, soutenu par la majorité

Après la défaite de Manuel Valls dans la 5e circonscription des Français de l'étranger dont il défend le "courage politique", Stanislas Guérini affirme que la majorité soutient désormais le député sortant et candidat dissident, Stéphane Vojetta. Ce dernier s'était maintenu malgré sa non-investiture par le parti présidentielle

Désormais, il "faut gagner, gagner à tout prix". "Il faut soutenir Stéphane Vojetta", le député sortant de la majorité qui n'a pas eu l'investiture LaREM, face au "cartel mélenchoniste", a déclaré Stanislas Guérini. 

Face à Stéphane Vojetta, le candidat de l'union de la gauche, Renaud Le Berre (Nupes), sort en tête avec 6942 voix.

Refus de Macron de nommer Mélenchon en cas de victoire aux législatives: "si bonhomme, tu vas le nommer", lui répond Bompard

Dans un entretien vendredi dernier à la presse quotidienne régionale, Emmanuel Macron a expliqué qu'"aucun parti politique ne peut imposer un nom (de Premier ministre NDLR) au Président".

"Quand il nous dit 'Jean-Luc Mélenchon ne peut pas être Premier ministre parce que je le nommerai pas', on lui dit 'Bah si, bonhomme, tu vas le nommer'", lui répond ce matin sur Sud Radio Manuel Bompard, son ancien directeur de campagne et candidat aux législatives dans les Bouches-du-Rhône.

Le programme de la Nupes baisserait les retraites et encouragerait les casseurs, selon Stanislas Guérini

Face à "l'effondrement des LR et l'effondrement des partis dit de gouvernement", Stanislas Guérini, invité de franceinfo, concentre ses tirs sur l'union de la gauche.

"Y'a des candidats qui font campagne avec le programme de Jean-Luc Mélenchon, avec la sortie de l'Europe et de l'OTAN déguisées, la sortie du nucléaire (...) Il faut aller au fond des programmes", a déclaré le délégué général de la République en Marche.

Vantant un programme de la majorité qui va, d'après lui, améliorer le pouvoir d'achat et "agir sur la transition écologique", le nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publique s'est offert un numéro de sape du programme de la coalition de gauche (Nupes).

"Un programme qui est celui de la baisse des pensions de retraites, qui est celui de l'amnistie pour les casseurs; d'un rapport particulier à la République", a fustigé le marcheur avant d'évoquer le soutien de l'ex-travailliste britannique, Jeremy Corbin à des candidats parisiens de la Nupes, qui a fait polémique.

Auprès des électeurs qui "veulent que la majorité présidentielle puisse agir", Stanislas Guérini insiste: "Ne vous faites pas voler cette élection". Mélenchon veut une majorité pour bloquer, nous on veut une majorité pour agir, scande le membre du gouvernement. "

Toutefois, il n'est pas "dans la panique ou dans l'inquiétude", tient-il à préciser.

Législatives: Stanislas Guérini veut saluer "le courage politique" de Manuel Valls

Invité de franceinfo, Stanislas Guérini a salué dans la matinale ce lundi, les candidats LaRem des 11 circonscriptions des Français de l'étranger. Interrogé sur Manuel Valls, seul candidat de la majorité éliminé dès le 1er tour, il a eu un petit mot pour l'ex-candidat de la 5e circonscription.

"J'étais déçu pour lui, j'étais déçu pour nous (...) Je veux vraiment saluer son courage politque, sa volonté de servir à tout prix le pays, il l'exprime comme ça. C'est dans ses tripes, c'est dans son sang. Et je crois que ça a beaucoup de valeur d'aller à l'élection", a-t-il exprimé.

Au passage le nouveau ministre de la Transformation et de la Fonction publique en a profité pour tacler Jean-Luc Mélenchon qui a décidé cette fois-ci de ne pas
concourir à ce scrutin.

Désormais, il "faut gagner, gagner à tout prix". "Il faut soutenir Stéphane Vojetta", le député sortant de la majorité qui n'a pas eu l'investiture LaREM, face au "cartel mélenchoniste", a ajouté Stanislas Guérini.

"Une société où tout est interdit ou organisé": Castaner attaque Mélenchon

Après la publication de plusieurs sondages qui montrent que la macronie pourrait ne pas avoir la majorité absolue lors des prochaines législatives, Christophe Castaner hausse le ton.

"Avec la régulation soviétique proposée par Jean-Luc Mélenchon, (...) il nous propose une société où soit tout est interdit soit tout est organisé. On ne pourra même plus couper son bois d'après Jean-Luc Mélenchon dans sa propre propriété. Dans son programme, il est encore écrit qu'on ne pourra plus manger trop gras ou trop sucré", lance le patron des députés Renaissance (ex LaREM), lui-même candidat à sa réélection, ce matin sur France 2.

"La politique s'abaisse": Castaner regrette le "bon débarras" de Mélenchon après la défaite de Valls

Après la défaite de Manuel Valls dès le premier tour aux législatives dans la 5ème circonscription des Français de l'étranger, Jean-Luc Mélenchon a twitté "bon débaras".

"J’ai vu la violence des réactions, à commencer par celle de Jean-Luc Mélenchon qui sort tout de suite un tweet 'bon débarras' La politique s’abaisse avec ce type de comportement. Il y a eu des violences ce week-end contre Jean-Michel Blanquer, Marine Le Pen. La graine de ces violences est dans ce type de réactions brutales", juge le président des députés Renaissance (ex LaREM) ce matin sur France 2.

François Hollande à Tulle pour lutter contre la Nupes

L'ancien président François Hollande sera ce lundi à Tulle, en Corrèze, pour soutenir la candidate dissidente socialiste Annick Taysse. Il y sera accompagné de la présidente socialiste de la région Occitanie, Carole Delga.

Pendant cette campagne législative, François Hollande a multiplié les appels à combattre la Nupes, une union des gauches qu'il considère comme une trahison des idéaux socialistes. L'ancien chef de l'État avait ainsi déjà effectué la semaine passée une visite de soutien à un candidat dissident, cette fois accompagné de l'ex-Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Manuel Valls éliminé dès le premier tour des législatives

Investi par la majorité présidentielle dans la 5e circonscription des Français de l'étranger, l'ancien Premier ministre socialiste Manuel Valls a été éliminé dès le premier tour, devancé par le candidat Nupes Renaud Le Berre et le député sortant, le dissident LREM Stéphane Vojetta.

"Il m’appartient lucidement d’en tirer les conséquences. La vie est suffisamment belle pour tourner tranquillement les pages", a déclaré Manuel Valls sur Twitter, avant de supprimer son compte.

>> Notre article complet

Bonjour à tous !

Bienvenue dans ce direct consacré à l'actualité de la campagne des élections législatives de ce lundi 6 juin.

BFMTV