BFMTV

EDITO - Européennes: "Face à Macron, Mélenchon donne de la voix et Le Pen les rafle"

Dans un sondage Odoxa pour Le Figaro, paru sur le site du quotidien jeudi soir, on apprenait que La République en marche et le Rassemblement national étaient au coude-à-coude en vue des élections européennes au printemps prochain.

21,5% pour la liste de La République en marche, 21% pour le Rassemblement national, 14% pour Les Républicains, 12,5% pour la France insoumise, 6% pour Debout la France, 5% pour Europe Ecologie- Les Verts et 4,5% pour le PS. Telle est la photo qu'a prise le dernier sondage Odoxa pour Le Figaro, et paru sur le site du journal dès jeudi soir. De quoi surprendre notre éditorialiste Christophe Barbier? 

-
- © -

> "Le Pen est dans la difficulté, ça n'a pas d'impact" 

"Un petit peu quand même. Pas la baisse d’En Marche, le tassement est normal vu la difficulté de la rentrée pour Emmanuel Macron. En revanche, que le Rassemblement national progresse, se porte bien, ça c’est une surprise. Marine Le Pen est dans la difficulté, ça n’a pas d’impact. On a l’impression que face à Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon donne de la voix, et Marine Le Pen rafle les voix. C’est ça la problématique française en ce moment." Christophe Barbier remarque le caractère très polarisé du débat autour des Européennes: "Vous êtes pour ou vous êtes contre l’Europe. Vous êtes Orban ou vous êtes Macron. Et cette projection européenne se retrouve dans le vote national. Vous êtes pour ceux qui sont le plus opposés à l’Europe ou vous êtes pour celui qui soutient l’Europe, qui veut plus d’Europe : Emmanuel Macron. Ça clive, ça polarise notamment parce que le thème qui domine dans la précampagne pour l’instant, c’est les migrants. Et évidemment, ceux qui sont contre les migrants, ils vont au Rassemblement national et ce n’est pas la France insoumise, ni Les Républicains qui raflent la mise même s’ils osent le ton, c’est le Rassemblement national qui prend." Le schéma fait les affaires d'Emmanuel Macron: "Pour l’instant, on est dans ce schéma-là sauf que, quand on regarde bien la vie politique nationale, c’est Macron contre Mélenchon dans la vie médiatique, et Macron contre Le Pen quand on regarde les sondages c’est-à-dire peut-être les urnes de demain. Tant que c’est ça, Macron est sûr de gagner. Ni le PS, ni Les Républicains n’arrivent à se glisser dans ce match-là."

Robin Verner