BFMTV

Démission de Thévenoud: "Un coup dur", selon Najat Vallaud-Belkacem

Thomas Thévenoud le 30 octobre 2012 devant l'Assemblée nationale.

Thomas Thévenoud le 30 octobre 2012 devant l'Assemblée nationale. - Thomas Samson - AFP

Il n'était au gouvernement que depuis quelques jours. Thomas Thévenoud, ancien secrétaire d'Etat, a démissionné jeudi en raison de "retards de déclaration et de paiement" au fisc. Le Parti de gauche le qualifie de "voyou", tandis que Najat Vallaud-Belkacem parle d'une "très mauvaise nouvelle".

Pour la majorité, les coups durs s'enchaînent. Dernier en date: la démission jeudi soir du secrétaire d'Etat au Commerce extérieur Thomas Thévenoud en raison de "retards de déclaration et de paiement" au fisc, selon ses propres explications. Agé de 40 ans, il était un nouvel entrant dans le gouvernement Valls 2. Depuis l'annonce de ce changement, les réactions politiques se succèdent.

"Hollande complice"

Le Parti de gauche a critiqué jeudi soir dans un communiqué "le voyou Thévenoud" tout en affirmant que "la responsabilité de François Hollande (...) est engagée". Le parti de Jean-Luc Mélenchon s'en prend en effet à la communication du chef de l'Etat: le communiqué de l'Elysée évoquait jeudi des "raisons personnelles" pour justifier la démission de l'ancien secrétaire d'Etat. "Par sa communication mensongère, Hollande est complice", dénonce le Parti de gauche.

Les éléments de langage utilisés par Matignon -qui a évoqué un problème de "conformité avec les impôts"- sont eux aussi critiqués par la classe politique. Cécile Duflot, ancienne ministre du gouvernement Ayrault, a ainsi partagé sur son compte Twitter un message moqueur posté par un autre internaute, avocat: "Donc mes clients ne sont pas des délinquants, ils ont juste un 'problème de conformité avec le droit pénal.'"

Frédéric Nihous, candidat à l'élection présidentielle en 2007 pour Chasse Pêche Nature et Tradition et soutien de Nicolas Sarkozy en 2012, est lui aussi moqueur: 'Thevenoud démissionne pour, euphémisme gouvernemental, 'problème de conformité avec l'impôt'... En français normal : 'fraude fiscale'!", a-t-il écrit sur Twitter.

Un gouvernement "légèrement improvisé"

"Cela montre que ce gouvernement était, encore une fois, légèrement improvisé", a pour sa part réagi la députée UMP Valérie Pécresse, invitée jeudi sur BFMTV. "Tout ministre nouvellement nommé est soumis à un contrôle fiscal approfondi: je suppose que le gouvernement ne voulait pas, avec monsieur Thévenoud, avoir de mauvaises surprises", a soulignée l'élue des Yvelines. Thomas Thévenoud a pour sa part assuré que sa situation était désormais "intégralement régularisée".

Valérie Debord, ancienne députée UMP de Meurthe-et-Moselle, s'en prend pour sa part directement à François Hollande: "Le problème n'est pas la démission de Thomas Thévenoud mais sa nomination par un Président qui mêle désormais amateurisme et incompétence", a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Florian Philippot, vice-président du Front national, a quant à lui demandé indirectement la dissolution de l'Assemblée nationale sur Twitter: "Démission du ministre Thévénoud 9 jours après...Ça ne tiendra plus longtemps il faut faire parler les urnes!"

"Une très mauvaise nouvelle" selon Najat Vallaud-Belkacem

Du côté de la majorité, on fait grise mine. Najat Vallaud-Belkacem a déclaré vendredi matin sur RTL que la démission de Thomas Thévenoud était "une très mauvaise nouvelle". "C'est un coup dur, indéniablement", a assuré la ministre de l'Education nationale qui a cependant rappelé que les règles adoptés par le gouvernement sur l'exemplarité "sont appliquées". S'agissant de savoir si Thomas Thévenoud doit aussi renoncer à son mandat de député, la ministre a estimé que c'est une "question légitime à se poser".

"Ce n'est pas la bonne soirée pour vous dire que je suis heureux de ce qui se passe", soupirait jeudi soir le député PS Olivier Faure, vice-président du groupe PS à l'Assemblée.

Selon le député, la démission de Thomas Thévenoud est néanmoins le signe de "l'exemplarité" de la majorité. "Depuis deux ans, on a un gouvernement qui met un point d'honneur à ce que la loi soit la même pour tous. Donc ça nous coûte aussi. Thomas Thévenoud a beau être ministre, la justice passe pour lui aussi. Nous avons une République qui est exemplaire", assure-t-il.

Gérard Filoche a quant à lui dénoncé vendredi au micro de BFMTV un "couac non supportable". Ce membre du bureau national du PS rappelle aussi que Thomas Thévenoud était membre de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Cahuzac: "C'est incroyable!", s'est exclamé Gérard Filoche, visiblement dépité. Selon lui, le double langage adopté par l'ancien secrétaire d'Etat est "le mur de l'argent qui pèse".

M. T. et M. K.