BFMTV

Covid-19: un couvre-feu instauré à Lyon de 21h à 6h à partir de samedi

Ce couvre-feu, qui concerne toute la métropole, entrera en vigueur ce samedi pour une durée d'au moins quatre semaines.

Lors d'une allocution télévisée ce mercredi soir, le président de la République a annoncé un durcissement des mesures destinées à enrayer l'épidémie de Covid-19, notamment dans les régions les plus touchées. Alors que la situation sanitaire s'est fortement dégradée ces derniers jours dans la métropole lyonnaise, Emmanuel Macron a décidé d'imposer un couvre-feu de 21 heures à 6 heures, et ce à compter de ce samedi et pour une durée d'au moins quatre semaines.

Cette mesure sera également en vigueur dans sept autres métropoles françaises (Grenoble, Lille, Rouen, Aix-Marseille, Saint-Étienne, Toulouse et Montpellier), ainsi qu'en Île-de-France.

"L'objectif c'est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, à ce que les écoles, les lycées, les universités soient ouvertes, à ce que nos concitoyens puissent travailler tout à fait normalement et à ce qu'il puisse y avoir une vie sociale mais en réduire les aspérités", a-t-il expliqué.

Pas de restrictions des transports mais une incitation au télétravail

Des amendes de 135 euros seront dressées en cas de non respect du couvre-feu et des dérogations seront accordées, par exemple pour ceux qui "rentrent du travail après 21h, ou qui travaillent de nuit", a indiqué le chef de l'Etat. En revanche, il n'y aura ni restrictions de transport lors du couvre-feu, ni de déplacement entre les régions, a-t-il précisé, en ajoutant que ces mesures n'empêcheront pas les gens de partir en vacances de la Toussaint qui débutent vendredi soir.

"Nous en avons jusqu'à l'été 2021 au moins avec ce virus", tous les scientifiques sont clairs", a prévenu Emmanuel Macron. "Demander aux gens de rester confinés dans un appartement et de ne pas aller dans un lieu de vacances, ce serait disproportionné", a-t-il ajouté.

C'est surtout dans la sphère privée que le président de la République espère voir les mentalités changer, en demandant aux Français de "ne pas être plus de six à table" dans les réunions privées. Il faut "mettre au maximum le masque, y compris en famille ou entre amis".Il a par ailleurs préconisé "deux à trois jours de télé-travail par semaine" dans les entreprises où cela est possible, pour "réduire un peu la pression collective". "Il faut que ce soit aussi négocié dans les branches et au plus près dans l'entreprise", selon lui

Mélanie Rostagnat Journaliste BFMTV