BFMTV

Coronavirus: Mélenchon étrille le Conseil de défense, "comité secret" pour se "mettre à l'abri"

Le leader de La France insoumise dénonce un "comité secret" autour d'Emmanuel Macron pour "se protéger judiciairement" dans le cadre de la gestion de la crise sanitaire.

Le leader des Insoumis Jean-Luc Mélenchon a étrillé mardi le rôle du "Conseil de défense" dans la gestion de l'épidémie de Covid-19, un "comité secret" autour d'Emmanuel Macron pour "se protéger judiciairement" et "mettre tout le monde à l'abri".  
Le député des Bouches-du-Rhône a souligné "le problème grave que soulève la direction du pays par un comité secret, le Conseil de défense. Pourquoi une invention pareille a fini par se substituer quasiment à tous les organes constitutionnels de prise de décision?".

Secret défense

Ce Conseil de défense et de sécurité nationale, instance de crise qui permet au chef de l'Etat de trancher immédiatement, est "tenu au secret défense", a-t-il rappelé.

"Autrement dit, il ne rend compte à personne et n'informe personne des décisions qu'il a prises" et "les personnes qui le composent sont donc placées hors de tout recours devant la Haute cour de justice (la Cour de justice de la République, NDLR)", selon Jean-Luc Mélenchon, présent dans la salle des Quatre Colonnes de l'Assemblée. 

"Nous avons là une situation constitutionnelle tout à fait inouïe", a-t-il estimé: "Nous sommes dans un régime de quasi suspension de libertés dans toute une série de domaines, encadré par rien (...) Dans quel pays du monde on fait un truc pareil ?"

"Pourquoi (Emmanuel Macron) a-t-il fait ça ? Je ne vois pas d'autres explications qu'une sorte de raccourci de sa part pour mettre tout le monde à l'abri de la Haute Cour de justice. C'est en quelque sorte un procédé pour se protéger judiciairement", considère Jean-Luc Mélenchon.

Mélenchon veut une réflexion sur une alternative au confinement total

L'ancien candidat à la présidentielle a par ailleurs réclamé une réflexion sur un "système général alternatif au confinement total", puisque la situation est "appelée à durer" et que "le Conseil scientifique nous indique qu'il y aura aussi une 3ème et une 4ème vagues".

"Le nombre de restrictions qui sont mises ne sont pas tenables dans la longue durée", estime Jean-Luc Mélenchon, qui veut "travailler" sur des "exemples étrangers" pour proposer des alternatives.

"Le gouvernement ne doit pas laisser la situation sans réponse et lui échapper jusqu'au point où nous serions pour finir plongés dans le chaos du refus spontané des règles données", a prévenu le chef de file des députés insoumis.

C.M. avec AFP