BFMTV

Coronavirus: Buzyn annonce que les deux cas français suspectés à leur sortie de l'avion sont négatifs

BFMTV

Agnès Buzyn a assuré que les 180 personnes rapatriées de Wuhan étaient arrivées à Marseille ce vendredi, et qu'elles allaient désormais être accueillies ce vendredi dans leur lieu d'accueil. Les deux cas soupçonnés d'avoir contracté le coronavirus ont finalement été testés négatifs.

Quelque 180 Français rapatriés de Wuhan, en Chine, considéré comme l'épicentre de l'épidémie causée par le nouveau coronavirus ont atterri en fin de matinée sur la base militaire d'Istres, non loin de Marseille, avant de se diriger en car vers une base de vacances de Carry-le-Rouet, où ils vont être placé en quarantaine pendant au moins 14 jours. 

En fin de journée vendredi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a déclaré que les deux rapatriés français soupçonnés d'avoir contracté le virus avaient finalement été testés négatifs.

"Je les ai accueilli à leur sortie de l'avion. Ils avaient l'air soulagés, fatigués, et je pense qu'ils ont maintenant besoin de se reposer parce qu'ils ont été mis en confinement dans Wuhan depuis plus d'une semaine, et je crois que rien que d'atteindre l'aéroport a été très compliqué pour certains d'entre eux. Il sortaient de 12 heures et demi de vol, et je ne les ai donc pas retenu trop longtemps sur le tarmac, afin qu'ils puissent rejoindre leur bus et le lieu d'accueil qui est prévu pour eux ".

Une surveillance médicale de 14 jours

"Tout est très bien sécurisé sur le plan médical", a prévenu la ministre. "Je leur ai rappelé qu'ils étaient tenus à l'isolement de leur famille en métropole pendant 14 jours. 14 jours où il feront l'objet d'une surveillance médicale", a-t-elle ajouté.

Parmi ces passagers se trouvait deux personnes qui présentaient des symptômes du nouveau virus. L'une des deux "personnes a été directement transférée à l'hôpital de la Timone (à Marseille, NDLR) et elle sera testée évidemment et nous aurons les résultats dans la journée", avait indiqué la ministre des Solidarités et de la Santé Agnès Buzyn peu avant 15 heures.

Clarisse Martin