BFMTV

Comptes de campagne: Mélenchon se défend après la démission d'un rapporteur

Jean-Luc Mélenchon en Espagne le 15 décembre 2017.

Jean-Luc Mélenchon en Espagne le 15 décembre 2017. - Josep LAGO / AFP

Un rapporteur de la commission des comptes de campagne a démissionné pour protester contre le remboursement de 1,5 million d'euro par l'Etat à l'ancien candidat. Jean-Luc Mélenchon rappelle que ses comptes ont été validés et ne sont pas mis en cause.

"Mes comptes ont été rendus à l'heure. Et ils ont été validés par la commission, je veux le souligner." C'est Le Parisien qui l'annonçait dimanche: un rapporteur de la Commission des comptes de campagne (CNCCFP) chargé de suivre les dépenses de Jean-Luc Mélenchon pendant la présidentielle a démissionné pour protester contre le remboursement de certains frais à l'ancien candidat. Mais pour le député de la France insoumise, qui a réagi en fin de journée sur sa page Facebook, il n'en va pas de sa responsabilité.

Pour Jean-Guy de Chalvron, haut fonctionnaire à la retraite, sur les 10,7 millions d'euros de dépense de Jean-Luc Mélenchon validés par la commission, 1,5 million n'aurait pas du être remboursé par l'Etat, sans entraîner pour autant de rejet de ses comptes de campagne. Il dit avoir exprimé ses réserves à la commission. Au quotidien, il a expliqué que la "lettre de griefs" qu'il souhaitait envoyer à Jean-Luc Mélenchon s'était heurtée à "un refus brutal" des permanents qui dirigent la CNCCFP. D'après Le Parisien, d'autres rapporteurs auraient aussi claqué la porte de la commission.

"Ce n'est pas ma responsabilité"

Dénonçant "une série de petits bashings qui favorisent le trafic des pompes à clics", Jean-Luc Mélenchon dit en évoquant la "paille" de 1,5 million d'euro ne pas savoir "de quelle dépense il est question". "Et d'ailleurs ce n'est pas mon affaire", ajoute l'élu. 

"J’ignore absolument quelles dépenses ce rapporteur jugeait non remboursables et, dans ces conditions, je ne peux donner mon avis sur ses impressions. En tous cas, les échelons au-dessus de lui ont jugé comme c’est leur rôle. Et il n’a pas été suivi. Ce n’est pas de ma responsabilité", insiste le leader de la France insoumise, qui précise avoir déclaré toutes ses dépenses "sans exception car c'est une obligation de le faire". 

Pour lui, cette affaire se résume à un "différend" entre le rapporteur "et ses supérieurs". "Je le rappelle: mes comptes ont été validés. Et personne ne les met en cause", martèle Jean-Luc Mélenchon.
Charlie Vandekerkhove avec AFP