BFMTV

Comment Jacques Chirac est devenu une icône cool

Sans corrélation avec son bilan politique, Jacques Chirac est devenu, de son vivant, l'incarnation d'une certaine décontraction, qui séduit les jeunes des années 2010.

Si comme le chante Brassens "les morts sont tous des braves types", Jacques Chirac, ancien président de la République, disparu ce 26 septembre, n’a pas attendu cette extrémité pour accéder à ce statut. L’ancien chef de l’Etat aux deux mandats bénéficie en effet depuis plusieurs années d'une popularité inédite chez les jeunes, qui l’ont érigé en chantre de la coolitude.

>> EN DIRECT - Jacques Chirac: les hommages se poursuivent au lendemain de la mort de l'ancien président

L'ancien président est devenu, au cœur des années 2010, un symbole qu'il est de bon ton d'arborer sur un t-shirt. Un motif hype à afficher sur un mug ou en fond d'écran, de la chair à Tumblr, bref une icône.

Dès 2013, les Inrocks s'interrogeaient dans article: "Chirac aura-t-il été le premier hipster?", qualifiant l'ancien maire de Paris de "bon vivant stylé façon Cary Grant de Corrèze". 

Cigarette au bec et verre à la main

Le Tumblr FuckYeahJacquesChirac, mais aussi plusieurs marques, comme Faux (Atelier Amelot), surfent sur la tendance, proposant des t-shirts à l’effigie d’un Jacques Chirac la plupart du temps jeune, cigarette au bec ou verre à la main, se reposant dans un avion, un masque sur les yeux. Ou sautant le tourniquet du métro, sur une photo de 1980 devenue culte. 

Jacques Chirac dans le métro en décembre 1980.
Jacques Chirac dans le métro en décembre 1980. © Jean-Claude Delmas - AFP

Cette photo est pourtant interprétée à tort, comme l'a expliqué à BFMTV Jean-Claude Delmas, le photographe qui a immortalisé la scène, puisque Jacques Chirac n’est sur cette photo pas du tout en train de frauder. 

"L’un des directeurs du métro avait mis un ticket de métro dans le portique mais comme la plupart de tous les hommes politiques, il n’avait jamais pris le métro! Il n’a donc pas retiré son ticket afin de permettre l’ouverture de la barrière."

Un malentendu qui a pourtant largement participé à forger le mythe de l’homme libre, décontracté, qui n’hésite pas à braver les interdits, à transgresser, et qui plaît aux jeunes.

"Il n’y a pas d’identification politique dans cette fascination des jeunes aujourd’hui. On le déconnecte complètement de son appartenance à un clan politique”, analysait le sociologue spécialiste de l’adolescence Michel Fize, interrogé sur le sujet par BFMTV en 2016. 

"Un jeune homme trop pressé"

De fait, Jacques Chirac n'a pas toujours été "cool". Comme le rappelle Christian Delporte, historien français spécialiste d’histoire politique, c'est même une image aux antipodes de celle qu'avait Jacques Chirac dans les années 1970. Il apparaissait alors sur les photos austère, le visage sévère, ne souriait jamais. Il était qualifié de "jeune homme trop pressé", de "petit dictateur", et "faisait peur à une partie de l’électorat". 

"La campagne présidentielle de 1988 a marqué une tentative de changer cette image", évoque Christian Delporte. "Mais cela ne faisait tellement pas vrai, qu’on n’y a pas cru". A la fin des années 1980, Chirac n’est toujours pas cool, donc. Et ce n’est pas le "bruit et l’odeur", expression lancée en 1991, pour évoquer les immigrés qui vont changer son image. La jeunesse de l’époque ne porte pas de t-shirt Jacques Chirac, mais chante Le bruit et l’odeur de Zebda.

L'en-tête du compte Twitter Fuck Yeah Jacques Chirac.
L'en-tête du compte Twitter Fuck Yeah Jacques Chirac. © Twitter - FYJC

Le grand tournant s’effectue en 1994, estime Christian Delporte. "Chirac a été trahi [par Edouard Balladur, NDLR], et en France on aime les looser. Il ne fait plus peur, attire plus la sympathie. Il a vieilli, ne parle plus de manière saccadée, il s’est humanisé".

Et surtout c’est le moment où les Guignols s’emparent du personnage. "Putain deux ans" (en 1993) puis le fameux "Mangez des pommes" (en 1995), en font un type impulsif, plein d'énergie, et très sympathique. "Les Guignols ont beaucoup contribué à sa popularité", confirme Christian Delporte.

Nostalgie des années 1980-90

"Jacques Chirac est devenu un personnage", analyse Patrice Duchemin, sociologue de la consommation, et auteur de Le pouvoir des imaginaires, pour qui la force de l'homme politique a été d’être "allé dans le sens des Guignols", de s'en servir comme d'un facteur de sympathie. Pour lui, "Jacques Chirac est l'incarnation de l'esprit français". Un personnage truculent et charismatique qu'il n'hésite pas à comparer à OSS 117. 

Christian Delporte voit aussi dans cette Chiracmania une sorte de nostalgie des années 1980 et 90, dans une période moralement difficile. Sur les réseaux sociaux, constate l'historien, "le véritable Chirac disparaît aujourd'hui au profit d'un Chirac mythique, qui n'est pas un héros mais se révèle proche et rassurant". 

"Mes couilles sur un plateau"

Il est cet homme qui fume, qui boit - à une époque où tout cela est devenu mal vu - qui a de la prestance, incarne une certaine idée du charme à la française. Un homme qui ne mâche pas ses mots, et ne se laisse pas dicter sa conduite, comme lorsqu'en 1988, il se demande si Margaret Thatcher veut "ses couilles sur un plateau", et qui menace de "go back to my plane", en Israël en 1996, face à un service de sécurité un peu pressant.

Jacques Chirac en 1981.
Jacques Chirac en 1981. © Pierre Guillaud - AFP

Un homme aussi à l'aise au salon de l'agriculture que dans les grandes réunions internationales. Et puis son ancrage en Corrèze, joue en sa faveur Pour le sociologue, "ce lieu de résistance où la nature est très présente, symbole d'une France d'hier encapsule tout". Mais aussi un homme "un peu burlesque, au physique à la Jacques Tati, doté de bras et d'un nez trop longs"

Il est enfin, ce grand-père sympathique, dragueur impénitent au comportement volontiers égrillard "gaulé par Bernadette", qui a tant amusé Le Petit Journal en 2009. Désormais, cette image de papy sympa et celle du jeune loup de la politique au physique de jeune premier, dont on a oublié les idées, se mêlent et font de Jacques Chirac le roi du swag. 

dossier :

Jacques Chirac

https://twitter.com/Radegonde Magali Rangin Chef de service culture et people BFMTV