BFMTV

"Cabinet noir" à l'Elysée: que dit le livre mentionné par Fillon?

Certains passages du livre cité par François Fillon sur le plateau de "l'Émission politique" sur France 2 accréditent l'idée d'un "cabinet noir" chargé de lancer des affaires politico-financières contre les adversaires du président.

A-t-il exagéré ? Jeudi soir dans "l'Émission politique" de France 2, François Fillon, qui s'estime victime de "fuites" organisées par le pouvoir pour nuire à sa candidature, a directement mis en cause le chef de l'Etat: "Il y a un livre qui sort ces jours-ci, [...] qui explique comment François Hollande fait remonter les écoutes judiciaires qui l’intéressent à son bureau, ce qui est une illégalité totale." Malgré la réfutation des propos de François Fillon par Didier Hassoux, l'un des auteurs du livre sur lequel le candidat appuie ses accusations, certains passages de Place Beauvau, Police: les secrets inavouables d'un quinquennat laissent penser que ce genre de cabinet noir existe. 

Prudents, les auteurs préviennent: "Il n’est pas possible d’en apporter la preuve formelle. Comme il n’est pas possible de prouver le contraire !" Ils ajoutent cependant: "Mais l’addition d’indices troubles et de témoignages étonnants interroge. Plusieurs observateurs bien placés dans l’appareil policier nous ont ainsi décrit par le menu l’existence d’une structure clandestine, aux ramifications complexes, et dont le rayon d’action ne se serait pas cantonné au seul renseignement territorial."

Affaires politico-financières pilotées par l'Elysée

Certes encore loin d'un chef d'Etat "jamais allé aussi loin dans l'illégalité", la description de ce système de surveillance continue cependant:

"Pour orchestrer les affaires judiciaires il existe une mécanique complexe aussi efficace que redoutable. Hollande a su en tirer profit. D’abord il y a Tracfin, le service de renseignement de Bercy, le ministère piloté durant tout le quinquennat par Michel Sapin, un ami de quarante ans du Président. La plupart des affaires judiciaires qui ont empoisonné Sarko et les siens ont trouvé leurs racines ici, dans cet immeuble ultra-sécurisé du 9e arrondissement de Paris, entièrement classé secret-défense. Là, cent vingt fonctionnaires sont habilités à fourrer leur nez dans les comptes en banque de n’importe qui. Chaque semaine, le patron de Tracfin prend le chemin de l’Elysée pour assister, avec les directeurs des six autres services secrets, à la réunion organisée par le coordinateur du renseignement."

Les journalistes détaillent ainsi par quels moyens sont lancées des affaires politico-financières:

"Afin d’allumer la mèche d’une affaire politico-financière, il suffit que Tracfin pêche au bon endroit, remonte dans ses filets une infraction, et la transmette officiellement à la justice. Ou officieusement à un service enquêteur qui se chargera de mener une "enquête d’initiative" avant qu’un magistrat ne la reprenne à son compte. (...) Une fois la machine lancée, le dossier emprunte un alambic judiciaire, sous le regard d’un autre ami du Président le directeur des affaires criminelles et des grâces, Robert Gelli, qui a partagé la même chambrée que François Hollande et Michel Sapin lors de leur service militaire."

Sur BFMTV, Didier Hassoux a pourtant assuré que l'ouvrage n'accusait en rien le président de la République de piloter un cabinet noir, contrairement à ce qu'avance François Fillon: "On ne raconte pas du tout ce que dit monsieur Fillon. Après ce qu’on raconte dans le livre c’est que François Hollande a fait, comme nombre de ses prédécesseurs, une utilisation classique de l’appareil policier. ce serait une faute politique majeure qu'un certain nombre d'informations ne remontent pas."

L'une des auteurs, Olivia Recasens, confirme sur RMC: "Le cabinet noir tel que le définit François Fillon n'existe pas. Il existe une remontée des informations judiciaires mais c'est une vieille et une très mauvaise habitude du politique qui existe depuis très longtemps." Selon elle, cette manière de grossir le trait serait donc la "dernière cartouche" de François Fillon.

Louis Nadau