BFMTV

Brigitte Macron huée lors d'un événement caritatif

La Première dame a été sifflée et huée mercredi soir à Reims, lors d'un match de football caritatif, au point qu'elle n'a pas pu donner le coup d'envoi comme prévu.

Brigitte Macron s'est faite huée et sifflée mercredi soir, alors qu'elle entrait sur la pelouse du stade de Reims, afin de donner le coup d'envoi d'un match de football caritatif. C'est finalement la comédienne Muriel Robin qui a dû donner, seule, sur le terrain, le coup d'envoi de la rencontre sportive

Il s'agissait du premier match mixte femmes-hommes de football, entre le Variétés Club de France et les Anciens du Stade de Reims. Les bénéfices de cette soirée caritative seront intégralement reversés à la Fondation des femmes, dont l'épouse du président de la République est la marraine, et Femmes Relais 51, une association locale luttant contre les discriminations, les violences et les exclusions dont les femmes sont victimes.

"Ce n'est pas elle qui est sifflée c'est Emmanuel Macron, et elle est évidemment la plus proche d'Emmanuel Macron: elle a le nom, elle représente Macron, donc elle est sifflée (...) C'est dire à quel point le ressentiment contre le président de la République est fort en ce moment", explique l'éditorialiste Christophe Barbier ce jeudi sur BFMTV.

"Elle n'a pas su trouver sa place"

Lors de cet événement, Brigitte Macron est revenue sur le séjour controversé, samedi, du couple présidentiel à La Mongie - une station de sports d'hiver des Hautes-Pyrénées où les deux époux ont leurs habitudes - alors que des violences éclataient sur les Champs-Élysées. Elle a assuré qu'Emmanuel Macron était parti "dès qu'il avait pris conscience de ce qui se passait", à Paris. "C'était moi qui lui avais préparé une escapade mais bon... voilà", a-t-elle ajouté.

"Elle n'a pas su trouver sa place dans le dispositif politique comme première dame. Elle avait une popularité liée à la campagne et à sa personne privée", qu'elle n'a pas réussi à conserver, selon Christophe Barbier.

Plusieurs critiques à l'été 2017 avaient déjà terni l'image de Brigitte Macron. Une pétition en ligne contre la création d'un statut de la Première dame avait récolté des dizaines de milliers de signatures, et plusieurs polémiques avaient éclaté quant à sa rémunération ou au nombre de ses collaborateurs.

dossier :

Brigitte Macron

Salomé Vincendon avec AFP