BFMTV

Bayrou : « Sans alliance, le PS maintient Sarkozy au pouvoir »

-

- - -

François Bayrou, président du Modem, a attaqué les indécisions socialistes et réaffirmé sa position d’opposant au gouvernement.

Invité mardi 18 novembre, le président du Modem, François Bayrou, s'est d'abord défendu d'être socialiste : « Je suis un républicain, j'appartiens dans le monde au courant démocrate, et précisément je ne suis pas socialiste pour des raisons de fond, qui sont que je ne crois pas à l'idée que l'Etat peut faire tout à la place des gens. Je respecte les socialistes, je respecte aussi la droite, mais j'affirme et je défends un projet démocrate pour la France. »

Il a ensuite dénoncé les contradictions des socialistes : « Si le PS s'obstine à dire "Nous ne parlons qu'avec des gens qui pensent comme nous, nous ne parlons qu'avec des gens qui sont étiquetés PS". Si, par exemple, lors d'un deuxième tour qui opposerait Nicolas Sarkozy à moi, le PS disait "On ne participe pas", ça voudrait dire qu'ils choisissent de maintenir au pouvoir Nicolas Sarkozy. Je me borne à dire qu'il y a un moment précis, l'élection présidentielle, où il faut choisir entre "on continue", car Nicolas Sarkozy se représentera, ou "on change". Je pense qu'il faut changer, je pense que le projet de société qu'on est en train de proposer aux Français ne convient pas à nos attentes. »

Enfin, il a évoqué deux débats d'actualité, en s'opposant au gouvernement : « On va décider dans les prochains jours de l'ouverture des magasins le dimanche. Je pense que c'est une erreur. Il y a des choses dont nous devons dire qu'elles ne dépendent pas de la consommation, que nous ne sommes pas en France sous la dictature de la consommation, du commerce et de l'argent.
En outre, on va voter ce matin au Sénat le principe de la limite de retraite à 70 ans. Qu'est-ce que ça veut dire d'insinuer dans l'esprit de tous les Français qu'au fond on va vivre dans une société de retraite à 70 ans ? C'est une vision de la vie dont je suis persuadé que beaucoup ne la partagent pas, y compris des chefs d'entreprises. J'ai envie de défendre une société dans laquelle après le travail il y a encore une vie. »

La rédaction-Bourdin & Co