BFMTV

Bayrou juge le gouvernement fragilisé par l'affaire bettencourt

Le président du Modem, François Bayrou, a estimé lors d'une conférence de presse que l'affaire Bettencourt fragilisait tout le gouvernement, au-delà du ministre du Travail, Eric Woerth. /Photo prise le 26 juin 2010/REUTERS/Gonzalo Fuentes

Le président du Modem, François Bayrou, a estimé lors d'une conférence de presse que l'affaire Bettencourt fragilisait tout le gouvernement, au-delà du ministre du Travail, Eric Woerth. /Photo prise le 26 juin 2010/REUTERS/Gonzalo Fuentes - -

PARIS (Reuters) - Le président du Modem, François Bayrou, a estimé samedi que l'affaire Bettencourt fragilisait tout le gouvernement, au-delà du...

PARIS (Reuters) - Le président du Modem, François Bayrou, a estimé samedi que l'affaire Bettencourt fragilisait tout le gouvernement, au-delà du ministre du Travail, Eric Woerth.

"Je ne participe pas aux demandes de démission, et la composition de l'équipe gouvernementale est de la responsabilité du chef de l'Etat, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à l'issue de la convention de son parti consacrée à la réforme des retraites, à Paris.

"Les Français voient bien qu'il y a un souci: une fragilisation du gouvernement et de tous ceux qui, en son nom, conduisent un certain nombre de réformes", a-t-il ajouté.

En pleine réforme des retraites, le ministre du Travail et son épouse, Florence, se sont retrouvés pris dans une tempête médiatico-politique en raison des liens qu'ils entretiendraient avec l'entourage de Liliane Bettencourt, héritière du groupe de cosmétiques L'Oréal.

L'ancien ministre du Budget a toujours démenti avoir eu connaissance d'éventuelles fraudes fiscales imputables à la femme la plus riche de France, mais la défense d'Eric Woerth a été fragilisée vendredi par les déclarations du procureur de Nanterre.

Philippe Courroye a indiqué avoir transmis au fisc les éléments du dossier fiscal de Liliane Bettencourt dès janvier 2009.

Eric Woerth a répliqué en annonçant avoir demandé un contrôle fiscal du protégé de la femme d'affaires, François-Marie Banier, et en réclamant une expertise extérieure pour prouver qu'il n'avait pas entravé la bonne marche de l'administration fiscale.

"Je pense que sa situation est rendue beaucoup plus compliquée par ce qui se passe", a jugé François Bayrou.

"C'est très difficile de conduire un dossier comme celui des retraites tout en étant l'objet de révélations tous les jours", a-t-il ajouté devant les caméras.

Laure Bretton