BFMTV

Baguette à 29 centimes: pour Ruffin, "le bon ne doit être pas réservé à ceux qui en ont les moyens"

Invité de BFMTV et RMC, le député de la France insoumise a réagi à la décision de Michel-Edouard Leclerc de bloquer le prix de la baguette sous les 30 centimes. Il est toutefois d'accord avec l'idée de "fixer un prix minimum sur les denrées agricoles".

"Je ne voudrais pas qu'on s'habitue à un goût dégradé." Le député de la France insoumise François Ruffin, invité de RMC et BFMTV ce vendredi matin, défend le bon goût pour tous les porte-monnaies, interrogé au sujet de la polémique de la baguette à 29 centimes dans les supermarchés Leclerc.

Le président du groupe éponyme, Michel Édouard-Leclerc, en annonçant le blocage du prix de la baguette sous les 30 centimes pour protéger le pouvoir d'achat des Français, s'est ainsi attiré les foudres des boulangers et des céréaliers.

"Il faut fixer un prix minimum sur les denrées agricoles"

Si le produit est moins cher, il est très probablement de moins bonne qualité. Ce qui ne plaît pas à l'élu de la 1ere circonscription de la Somme: "Le beau, le bon, ne doit pas être réservé à ceux qui en ont les moyens", a-t-il réagi sur notre antenne. Pour lui, il en va pour le goût "de la même manière que je ne veux pas qu'on s'habitue à une santé dégradée, que je ne veux pas qu'on s'habitue à une école dégradée".

Pas question, pour le soutien de Jean-Luc Mélenchon, de s'en prendre toutefois directement à Michel-Édouard Leclerc, rappelant que ce dernier a plaidé pour un prix minimum "du lait, de la viande, des produits agricoles". Une approche qu'il loue: "Je pense que c'est vers ça qu'il faut aller, il faut fixer un prix minimum sur les denrées agricoles qui fait qu'on ait la garantie que les agriculteurs soient correctement rémunérés, c'est plus intéressant."

En pleine période de négociations commerciales et alors que la tonne de blé tendre s'échange non loin de son plus haut historique, soit 275 euros à Paris, la filière a perçu les déclarations d'Édouard-Michel Leclerc comme une provocation, en appelant à la survie des boulangers.

Nina Jackowski