BFMTV

Aulnay-sous-Bois: Cazeneuve veut "la plus grande fermeté"

Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale le 20 décembre 2016.

Bernard Cazeneuve à l'Assemblée nationale le 20 décembre 2016. - Bertrand Guay - AFP

Bernard Cazeneuve a affirmé vouloir "la plus grande fermeté à l'encontre des policiers accusés de viols et de violences volontaires sur un jeune de 22 ans, jeudi à Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis.

Le premier ministre Bernard Cazeneuve a affirmé vouloir "la plus grande fermeté" quand "il y a manquements graves" des forces de l'ordre en réaction aux poursuites engagées contre quatre policiers d'Aulnay-sous-Bois en Seine-Saint-Denis.

"Je sais à quel point les policiers et les gendarmes sont exposés dans la lutte antiterroriste et aux violences, mais ils doivent être à chaque instant absolument exemplaires", a déclaré le Premier ministre dans les couloirs de l'Assemblée nationale.

"Lorsqu'il y a des manquements graves à la déontologie, que la plus grande fermeté, à l'égard de ceux qui sont à l'origine de ces manquements, prévale", a-t-il lancé.

60 jours d'ITT

Un policier a été mis en examen pour viol et trois autres pour violences volontaires en réunion après une interpellation jeudi au cours de laquelle un jeune homme de 22 ans a été gravement blessé à coups de matraque au niveau de la zone rectale. Toujours hospitalisé lundi, Théo s'est vu prescrire 60 jours d'incapacité totale de travail (ITT). Cette affaire a suscité une vive émotion et provoqué plusieurs nuits d'incidents dans son quartier.

Le parquet de Bobigny avait ouvert initialement une information judiciaire pour "violences", mais le juge d'instruction chargé de l'enquête a, in fine, décidé de poursuivre l'auteur présumé des coups de matraque télescopique pour "viol".

G.D. avec AFP