BFMTV

Aulnay-sous-Bois: ce qu'a dit l'un des policiers lors de son audition

Au lendemain du témoignage choc de Théo, le jeune homme violemment interpellé à Aulnay-sous-Bois jeudi dernier, BFMTV a pu se procurer des extraits de la version d'un des policiers à l'IGPN. Elle diverge sensiblement sur l'usage de la matraque.

C'est la version des policiers sur l'interpellation violente, jeudi soir à Aulnay-sous-Boisde Théo, un jeune homme de 22 ans. BFMTV, a eu accès au procès-verbal d'un des quatre policiers mis en examen, dont l'un pour "viol". Voici ce qu'il a raconté à IGPN.

Au cœur de "la cité des 3.000", connue pour du trafic de stupéfiants, le policier assure qu'ils sont quatre à patrouiller quand quand une dizaine d'individus poussent un cri que les policiers connaissent bien: "ça pue". Deux mots qui permettraient d'avertir les guetteurs de l'arrivée des forces de l'ordre.

Mais les quatre agents parviennent finalement à contrôler une dizaine de personnes sur les lieux. L'une refuse et rapproche son visage d'un des policiers en geste de défiance. Le policier repousse l'individu fermement et c'est à ce moment précis que Théo s'interpose, selon le témoignage du policier.

Théo aurait attrapé l'un de ses collègues par le col, crié puis aurait tenu "des propos injurieux" à son égard, selon cette version

La situation dégénère alors. Un policier s'interpose. Théo réplique par un coup de poing sur la pommette gauche. Les quatre agents décident alors de le prendre à part pour l'interpeller. L'un d'entre eux le ceinture mais le jeune homme se débat "très violemment".

C'est à ce moment-là qu'un des agents aurait sorti sa matraque télescopique "pour frapper Théo aux jambes", "pour l'empêcher de donner des coups de pieds".

Il est 17 heures quand ils l'interpellent finalement avec grande difficulté. Ils l'emmènent au commissariat. D'après le récit du policier, c'est une interpellation difficile, violente, une bagarre, une mêlée où chacun porte des coups. Mais pas une intention de commettre un viol avec cette matraque.

Des explications floues sur la blessure de Théo

Cette version n'explique pas la blessure de Théo. Dans son témoignage, le jeune homme de 22 ans assurait que l'agent avait pris sa matraque et lui avait volontairement, "enfoncé dans les fesses".

D'après son témoignage, les policiers ont remarqué qu'il saignait à l'endroit où le policier avait utilisé sa matraque, et cela aurait fait redoubler les moqueries. Au commissariat, on lui demande de s’asseoir, il répond qu’il n’est pas en mesure de le faire. Un policier lui aurait alors dit de s’allonger. C'est après plusieurs minutes que l’un des agents décide d’appeler le Samu.

Hospitalisé, Théo s'est vu prescrire 60 jours d'interruption de travail. Les médecins ne peuvent pas encore déterminer quelles seront ces conséquences à long terme.

"On doit attendre, deux mois au moins. Aujourd’hui il a une poche. On nous parle de beaucoup de choses, notamment d’incontinence. Donc on ne peut pas dire qu’il va bien, il est dans un état assez critique", expliquait la sœur du jeune homme ce lundi sur BFMTV.

Pierjean Poirot avec Cécile Ollivier