BFMTV

Interpellation de Théo à Aulnay-sous-Bois: nouvelle nuit d’échauffourées

Des affrontements se sont produits entre jeunes du quartier de la Rose des Vents à Aulnay-sous-Bois et CRS, quatre jours après l'interpellation violente dont a été victime Théo. Plusieurs voitures ont été incendiées ainsi qu'un fast-food.

Regain de tension à Aulnay-sous-Bois. Durant la nuit de lundi à mardi de nouveaux incidents ont éclaté dans le quartier de la Rose des vents avec d'abord des départs de feu de poubelle puis de voitures. Au moins cinq véhicules ont été brûlés. Un fast-food, situé à environ 500 mètres de la cité a également été caillassé et incendié.

Au cours de la soirée, des affrontements entre des groupes de jeunes du quartier et des forces de l'ordre ont eu lieu. Le syndicat de police Alliance a rapporté à notre équipe sur place une tentative d'incendie sur un véhicule de police. Plusieurs personnes auraient ainsi extirpé de la voiture les fonctionnaires de police avant d'y mettre le feu avec un cocktail Molotov. En tout, une centaine de CRS avaient été déployés dans le quartier, ainsi qu'un hélicoptère qui a survolé le quartier de 23 heures à 2 heures du matin.

Des tirs de sommation de la police

D'après nos informations, des policiers de la Bac d'Aulnay ont par ailleurs tiré en l'air à balles réelles. Alors qu'ils intervenaient pour des feux de poubelle, ils ont été pris à partie et encerclés par une cinquantaine d'individus. Ils ont alors tiré à sept reprises en l'air pour se dégager. Une procédure prévue, mais en dernier recours comme l'a confirmé la police à BFMTV.

24 personnes, souvent très jeunes ont été interpellées, a constaté notre journaliste présent sur les lieux. Des interpellations qui se sont faites dans une cité plongée dans le noir, sans éclairage public.

Un policier mis en examen pour viol

Des échauffourées avaient déjà éclatées depuis jeudi soir, jour de l'interpellation de Théo, un jeune homme de 22 ans habitant le quartier de la Rose des vents. Au cours de l'intervention, le jeune homme a été gravement blessé par les policiers au niveau de la zone rectale, entraînant pour lui une incapacité totale de travail de 60 jours. Les quatre policiers qui sont intervenus ce jour-là ont été mis en examen. L'un pour viol, les autres pour violences volontaires en réunion.

Depuis son lit d'hôpital, Théo a expliqué que l'un des policier l'avait "volontairement" blessé à l'anus avec sa matraque. Lundi après-midi, plusieurs centaines de personnes ont marché dans le quartier en soutien au jeune homme, en scandant "justice pour Théo". Sur BFMTV, la soeur de Théo avait dans le même temps lancé un appel au calme, tout en décrivant l'état physique "critique" dans lequel se trouve Théo.

Après les violences survenues lundi soir, le maire de la ville Bruno Beschizza a dénoncé "des troubles" qui sont "la conséquences d'un vécu pour les Aulnaysiens et les Aulnaysiennes". L'élu Les Républicains a par ailleurs réclamé du ministre de l'Intérieur Bruno Le Roux "des signaux forts en termes de maintien de l'ordre public" mais aussi "d'écoute des attentes et aspirations" des habitants de la ville. 

C. B avec Raphaël Maillochon