BFMTV

Attaques contre le juge Gentil: 3.000 euros requis contre Henri Guaino

Le juge Gentil et le député Guaino.

Le juge Gentil et le député Guaino. - Martin Bureau et Patrick Bernard - Montage AFP

Le député UMP, proche de Nicolas Sarkozy, avait vivement critiqué le magistrat Jean-Michel Gentil, peu de temps après la mise en examen de l'ex-chef de l'Etat dans le cadre de l'affaire Bettencourt. Le jugement devrait être mis en délibéré.

Une amende "de l'ordre de 3.000 euros" a été requise, ce mercredi, contre le député UMP Henri Guaino pour ses attaques contre le juge Gentil, après la mise en examen de Nicolas Sarkozy dans l'affaire Bettencourt.

Outrage à magistrat

Il est poursuivi devant le tribunal correctionnel de Paris pour "outrage à magistrat" et "discrédit jeté sur une décision de justice". Dans des médias, l'ancien conseiller présidentiel avait notamment accusé le juge d'avoir "déshonoré la justice".

Le procureur a souligné qu'Henri Guaino était "assurément un parlementaire de talent", "sa voix porte davantage" et lorsqu'il franchit la ligne du code pénal, "ses propos n'en font que plus de dégâts".

Revendiquant ses propos, le député des Yvelines a voulu faire de son procès un débat sur la liberté d'expression.

Un jugement probablement mis en délibéré

La défense du juge Jean-Michel Gentil a rendu responsable Henri Guaino des menaces subies par le magistrat, qui avait par exemple reçu des balles par courrier. Le magistrat a demandé 100.000 euros de dommages et intérêts.

Le jugement devrait être mis en délibéré à plusieurs semaines.

Je. M. avec AFP