BFMTV

Alexandre Benalla sort un livre, dans lequel il estime être le "fusible utile du pouvoir"

L'ex-collaborateur de l'Elysée s'est livré dans une interview accordée au Point à l'occasion de la sortie de son livre, dont BFMTV a pu consulter les bonnes feuilles.

Un peu plus d'un an après l'éclatement de l'affaire qui porte son nom, Alexandre Benalla s'est livré dans les colonnes du Point à l'occasion de la sortie de son livre Ce qu'ils ne veulent pas que je dise (éditions Plon).

Dans une interview publiée ce mercredi, l'ex-collaborateur d'Emmanuel Macron revient sur cet ouvrage écrit en secret, et qu'il veut à la fois être sa plaidoirie et le récit des deux années au service du chef de l'Etat comme "l'agent tout risques" de l'Elysée.

"Si ça ne vous plaît pas, je vous emmerde"

Plutôt que de "se taire", Alexandre Benalla explique qu'il a choisit de donner sa version: "Des gens ont écrit une histoire qui n'est pas la mienne, ils m'ont mis sur scène, puis ils ont éteint le projecteur. Mais moi je reste sur la scène et je rallume le projecteur. Je raconte désormais mon histoire", justifie-t-il auprès de nos confrères.

Dans son livre, il revient sur la relation du chef de l'Etat avec ses subordonnés, expliquant par exemple que ses conseillers tremblent devant lui avant de le dénigrer dans son dos: "Le président est atteint du syndrome de Stockholm (...) Certains étaient jaloux de ma proximité avec lui. On a dit que j'étais son garde du corps, son homme à tout faire, son amant.. pff.. avec lui on se comprenait, c'est tout. Quand il y avait un malaise, je m'arrangeais pour le régler, sans faire état de ma science", poursuit l'ancien chargé de mission auprès de nos confrères.

Lorsqu'il parle de lui, Alexandre Benalla se décrit comme quelqu'un de franc, parfois "borderline": "Y'a un côté chez moi 'je vous emmerde" (...) Si ça ne vous plaît pas, je vous emmerde", argue-t-il encore, avant de juger qu'il ne doit rien à Emmanuel Macron, "J'ai été suffisamment loyal vis-à-vis du président, je ne balance rien. Un moment, stop, je ne suis pas lié toute ma vie à lui".

Le cas Ismaël Emelien

Dans les bonnes feuilles de son livre que BFMTV a pu consulter, Alexandre Benalla s'en prend par ailleurs à Ismaël Emelien, à qui il dit avoir donné les images de vidéosurveillance, obtenues illégalement auprès de la police et destinées à le disculper dans le déroulé des violences du 1er-Mai 2018.

Il met en cause Ismaël Emelien tout en se qualifiant lui-même de simple "fusible utile du pouvoir". Ismaël Emelien, l'ancien conseiller et proche d'Emmanuel Macron qui a depuis quitté ses fonctions, avait déclaré au moment des faits "qu'il ne savait pas" que la vidéo d'Alexandre Benalla qu'il avait posté anonymement sur Twitter était fausse.

Quant à une potentielle candidature pour les municipales de 2020 à Saint-Denis, Alexandre Benalla se refuse encore tout commentaire. Au début du mois d'octobre il lançait tout de même dans l'Obs, "Je ne m'interdis rien, l'appétit vient en mangeant".

Manon Fossat