BFMTV

Agnès Buzyn: la canicule fera "beaucoup moins de décès" que celle de 2003

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, s'est déplacée ce vendredi au CHU de Nîmes. Elle a fait le point sur la manière dont les services d'urgences et de régulation encaissaient les effets humains de la canicule et a assuré que le pays était bien mieux préparé à la vague de chaleur qu'en 2003.

C'est depuis le CHU gardois de Nîmes qu'Agnès Buzyn s'est adressée ce vendredi à la presse pour faire un nouveau point sur la situation, alors que le département du Gard est parmi les 4 placés en vigilance canicule rouge. La ministre des Solidarités et de la Santé a voulu repousser le souvenir de la canicule de 2003, qui fait figure d'épouvantail, alors qu'une vague de chaleur assomme la France ces jours-ci. Elle a même pris un engagement:

"Il y aura beaucoup moins de décès qu’en 2003 car nous ne savions pas alors ce qu’était une canicule. Nous n’étions pas prêts." Elle a insisté: "Nous sommes bien mieux préparés par rapport à 2003. Aujourd’hui chacun sait ce qu’il a à faire, chaque hôpital a son plan bleu."

"Tout le monde risque des complications" 

Evoquant la réponse du secteur hospitalier, elle a affirmé que le personnel était en mesure de faire face:

"Le nombre de personnes qui font appel au Samu augmente légèrement en raison du pic de chaleur, notamment des personnes âgées et mais c’est aussi dû à des accidents sportifs, et le nombre des passages aux urgences augmente légèrement, mais c'est tout à fait absorbable par les services de Santé."

Elle a cependant fait part de ce qui constitue à présent le centre de ses appréhensions: "La spécificité de la canicule de niveau rouge, c’est que tout le monde est en risque de complications dues à la chaleur. Mon inquiétude repose plutôt sur le déni qu’ont certaines personnes bien portantes qui continuent à faire du sport ou à être peu vigilantes près des cours d’eau". On note ainsi, selon la ministre, "une personne par jour en situation de noyade soit à cause d'une hydrocution soit à cause d'une négligence de la vigilance des parents vis-à-vis des enfants". 

"Soyons très vigilants, évitons tout effort sportif. Il faut éviter tout effort inutile", a-t-elle encore intimé. 

Robin Verner