BFMTV

Affaire Matzneff: Adrien Taquet veut mettre en lumière les "agressions sexuelles que subissent les enfants"

Adrien Taquet, secrétaire d'État à la Protection de l'enfance, le 17 décembre 2019 à l'Assemblée nationale.

Adrien Taquet, secrétaire d'État à la Protection de l'enfance, le 17 décembre 2019 à l'Assemblée nationale. - CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP

Le secrétaire d'État à la Protection de l'enfance a publié ce jeudi une tribune dans La Croix, alors que paraît ce même jour le livre Le Consentement de Vanessa Springora.

Vanessa Springora, 47 ans, publie ce jeudi un livre intitulé Le Consentement. L'éditrice y révèle avoir subi l'emprise de l'écrivain Gabriel Matzneff, alors qu'elle n'avait que 14 ans et que lui était presque quinquagénaire. Des révélations qui relancent le débat sur l'âge de consentement minimal aux relations sexuelles.

"C'est triste à écrire, mais on ne peut que se réjouir de la publication de l'ouvrage de Vanessa Springora qui relate l'emprise que l'écrivain Gabriel Matzneff exerçait sur elle lorsqu'elle avait 14 ans", écrit Adrien Taquet dans une tribune également publiée ce jeudi, dans La Croix. "On s'en réjouit, car c'est l'occasion de mettre à la une des journaux un sujet qui l'est trop peu, celui des agressions sexuelles que subissent les enfants de France, nos enfants", poursuit le secrétaire d'État à la Protection de l'enfance.

"Comment a-t-on pu laisser s'installer un tel sentiment d'impunité?"

S'il salue ces révélations, Adrien Taquet s'interroge: "Comment a-t-on pu laisser s'installer un tel sentiment d'impunité pour que les feuilles d'un journal fassent l'apologie de la pédophilie et que son auteur parade sur les plateaux de télévision sans que cela ne donne lieu à une condamnation ni judiciaire ni morale?"

"Ce que Matzneff dit de nous au fond, c’est que les violences faites aux enfants, en particulier les violences sexuelles, restent encore aujourd’hui un impensé de la société française", ajoute le secrétaire d'État, qui rappelle la présentation du plan contre les violences faites aux enfants le 20 novembre 2019 et le renforcement de l'arsenal juridique, comme l'allongement du délai de prescription à trente ans après la majorité des victimes de crimes sexuels.

Vanessa Springora dénonce "l'hypocrisie de toute une époque"

"La violence faite aux enfants doit être le combat qui nous réunit pour cette décennie 2020. Il en va de notre responsabilité, de notre dignité en tant que Nation aussi. Le mouvement #EnfantMoiAussi est lancé, il ne doit plus s’arrêter", conclut Adrien Taquet.

Dans un entretien accordé au Parisien publié mercredi, Vanessa Springora a dénoncé "l'hypocrisie de toute une époque" vis-à-vis d'"un militant de la cause pédophile qui a publié des textes en ce sens et qui s'en glorifie".

Clarisse Martin