BFMTV

À Amiens, Jean-Luc Mélenchon et François Ruffin main dans la main pour pilonner la réforme des retraites

Pour la sixième fois, une journée de mobilisation nationale était organisée contre la réforme des retraites, à l’appel de plusieurs syndicats, dont la CGT et FO. À Amiens, le député LFI François Ruffin a dénoncé, aux côtés de Jean-Luc Mélenchon, un "passage en force" du gouvernement.

"Queue de comète du capitalisme" et "hallucination libérale": le chef de file de La France insoumise Jean-Luc Mélenchon et le député de la Somme François Ruffin ont vilipendé côte à côte le président et son projet pour les retraites, ce jeudi à Amiens.

Les deux élus ont participé à une assemblée générale de cheminots sur le parvis de la gare puis à une manifestation dans la cité picarde, au 43e jour de mobilisation contre le projet du gouvernement.

Un meeting commun

Ils ont tous les deux ciblé le président de la République. "Cet homme nous fait payer très cher son hallucination libérale: après le code du travail, le statut de la fonction publique, les retraites", s'est exclamé Jean-Luc Mélenchon au micro de l'assemblée générale.

"C'est l'indécence d'un pouvoir qui veut avancer sans le reste de la société", a critiqué de son côté François Ruffin. "Le président n'est pas à la hauteur des enjeux, son projet est anti-écolo parce qu'augmenter le temps de travail c'est favoriser le productivisme", a-t-il ajouté. "Il ne faut pas que les retraites se transforment en allocation de pauvreté", a ensuite estimé le député lors d'un meeting commun avec Jean-Luc Mélenchon, jeudi soir à Amiens, devant plusieurs centaines de personnes.

"La queue de comète du capitalisme"

"Ils bloquent le plafond consacré aux retraites à 14% du PIB alors qu'à 16% on finance le montant d'un SMIC à la retraite minimum et un départ à 60 ans pour tous", a-t-il dit, en référence au projet de LFI. Selon lui, "ce sont les dividendes distribués par le CAC40 - qui ont battu un record - qui doivent être plafonnés". "Macron est la queue de comète du capitalisme, un astre déjà mort qui brille encore", a lancé François Ruffin.

Jean-Luc Mélenchon s'est pour sa part écrié: "Vous y perdrez tous! Car ce n'est pas pareil de prendre pour le calcul de la retraite les 25 meilleures dernières années et toute la vie. Et avec le point, vous ne saurez plus à quelle retraite vous aurez droit".

 "Seul mot d'ordre qui tienne, c'est le retrait, point final", a-t-il réitéré.

Jeanne Bulant avec AFP