BFMTV

Un avocat lillois remporte le concours de plaidoiries pour les droits de l'Homme

Photo d'illustration

Photo d'illustration - KENZO TRIBOUILLARD / AFP

L'avocat a été récompensé pour sa plaidoirie examinant les effets de "deux ans sous état d'urgence" en France.

Le 29e concours international de plaidoiries pour les droits de l'homme a récompensé ce dimanche, au Mémorial de Caen, un avocat du barreau de Lille, Antoine Chaudey, qui a examiné les effets de "deux ans sous état d'urgence" en France.

"À travers l'histoire de Maxime, assigné à résidence, j'ai voulu alerter sur les risques liés à la mise en place d'une législation d'exception, et les menaces que celle-ci fait peser sur la protection de nos libertés fondamentales", a fait valoir le jeune avocat.

Il a rappelé que, si l'état d'urgence a pris fin le 1er novembre dernier, la plupart des mesures prévues par cet état d'exception ont été reconduites dans le droit commun à travers la nouvelle loi antiterroriste.

Une plaidoirie sur la situation des femmes au Népal

Le 2e prix (Prix du barreau) a été attribué à Marie-Andrée Weiss, du barreau de Strasbourg, pour une plaidoirie sur la situation des femmes au Népal, mises en danger, a fait valoir l'avocate, par la pratique du Chhaupadi, le confinement menstruel qui les contraint chaque mois à vivre isolées, à l'écart de la communauté, pendant leurs règles.

Le 3e prix (Prix du public) est allé à Alexandra Dumitresco, du barreau des Hauts-de-Seine, qui a plaidé pour Taner Kiliç, avocat et président de la section turque d'Amnesty International. Arrêté en juin dernier dans un contexte "d'état d'urgence" et de "lutte contre le terrorisme" lancé en Turquie après la tentative de coup d'état de juillet 2016, Taner Kiliç devrait être jugé très prochainement pour "appartenance à une organisation terroriste armée".

Les dix finalistes retenus ont plaidé devant un large public et un jury composé de personnalités du monde juridique et médiatique, ainsi que d'associations de défense des droits de l'homme. Le jury était présidé cette année par l'ex-avocat général Philippe Bilger, magistrat honoraire.

L.N. avec AFP