BFMTV

Un ancien gendarme mis en examen pour homicide sur conjoint dans la Somme

Un gendarme - Image d'illustration

Un gendarme - Image d'illustration - AFP

L'homme de 26 ans s'est rendu de lui-même à la gendarmerie mercredi et a "reconnu avoir porté des coups" à son ex-compagne mais a nié "toute intention de la tuer", rapporte le parquet d'Amiens.

Un ancien gendarme de 26 ans a été mis en examen vendredi pour homicide sur conjoint dans la Somme. Soupçonné d'avoir tué son ex-compagne de plusieurs coups de couteau, il a été placé en détention provisoire, rapporte le parquet d'Amiens à l'AFP.

Mercredi matin, l'homme s'était rendu de lui-même à la gendarmerie de Hallencourt, affirmant transporter son ex-compagne de 20 ans, blessée, dans sa voiture. Les gendarmes y avaient alors découvert le corps de la jeune femme.

L'autopsie pratiquée jeudi a montré que la mort était due à "de multiples coups de couteau portés au niveau du coeur", relate le parquet. Lors de sa garde vue, l'ancien gendarme a "reconnu lui avoir porté des coups" mais a nié "toute intention de tuer", selon la même source.

Une première condamnation pour dégradation par incendie en 2017

L'homme avait déjà fait l'objet d'une condamnation par la jusctice en 2017 pour dégradation par incendie, dans un contexte de violences conjugales avec une autre femme. Des faits qui lui avaient coûté sa carrière au sein de la gendarmerie.

Il s'agit du 42e féminicide présumé depuis le début de l'année, selon un décompte de l'AFP. Jeudi, un 43e cas est venu s'ajouter à ce recensement macabre: une femme d'une vingtaine d'années a été tuée par son conjoint, elle aussi de plusieurs coups de couteau, à son domicile de Cannes (Alpes-Maritimes).

En 2019, l'AFP a recensé au moins 126 cas de femmes tuées par leur compagnon ou ex-compagnon. Un chiffre qui représente une femme tuée tous les trois jours en moyenne.

Par MH avec AFP