BFMTV

Trois gilets jaunes en garde à vue après des dégradations de radars

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. - AFP

Dans la nuit de jeudi à vendredi près de Toulouse, trois gilets jaunes ont été interpellés en flagrant délit de dégradation d'un radar automatique.

Trois personnes se revendiquant comme des gilets jaunes ont été interpellées, en banlieue toulousaine dans la nuit de jeudi à vendredi, en flagrant délit de dégradation d'un radar automatique puis placées en garde à vue, a-t-on appris auprès de la gendarmerie.

Ces hommes ont été arrêtés vers minuit par des gendarmes de Colomiers alors qu'ils tentaient de prendre la fuite après avoir incendié un radar automatique sur la RD 820 à Saint-Jory, à une quinzaine de kilomètres au nord de Toulouse.

Les trois hommes ont affirmé aux gendarmes être des gilets jaunes, reconnaissant la dégradation d'un autre radar, a-t-on précisé.

"Ça doit être une action isolée"

"Nous sommes contre les destructions, nous n'organisons que des actions pacifiques", a déclaré Olivier Garrigues, le porte parole d'un des sites tenus par les "gilets jaunes" dans le secteur des interpellations. "Ça doit être une action isolée", a souligné le manifestant précisant qu'il n'était pas au courant de ces faits.

Selon le dernier bilan du ministère de l'Intérieur jeudi, depuis le début du mouvement, deux personnes sont décédées, 620 civils et 136 membres des forces de l'ordre ont été blessées, 879 personnes interpellées et 693 placées en garde à vue.
B.L. avec AFP