BFMTV

Un Marocain suivi pour radicalisation soupçonné d'être le preneur d'otages à Trèbes

Des gendarmes bloquent l'accès à Trèbes.

Des gendarmes bloquent l'accès à Trèbes. - ERIC CABANIS / AFP

Le preneur d'otage de Trèbes est Radouane Lakdim, un homme de 26 ans d'origine marocaine, connu des services de police et des services de renseignement.

Le terroriste et preneur d'otages du supermarché de Trèbes, abattu par les forces de l'ordre ce vendredi, est Radouane Lakdim, un homme d'environ 26 ans d'origine marocaine, né le 11 avril 1992 au Maroc, mais jouissant de la nationalité française. Il avait une carte d'identité française depuis 2015, selon nos informations. Dans une série d'attaques terroristes dans l'Aude, Radouane Lakdim a tué au moins trois personnes et fait seize blessés dont trois en urgence absolue. 

Son histoire histoire judiciaire commence à être mieux connue. Le 16 janvier 2016, il est contrôlé, en compagnie d'un autre individu, par la police aux frontières sur l'autoroute A9, dans le cadre de l'état d'urgence. Les deux hommes expliquent revenir de la ville espagnole de Gérone où ils ont déposé un proche à l'aéroport. Les agents estiment alors que ces personnes "ne présentent aucun signe propre aux fondamentalistes musulmans". 

Une incarcération d'un mois en août 2016 

Quelques mois plus tard, en août, Radouane Lakdim est incarcéré pendant un mois, selon des éléments recueillis par BFMTV. Ce sont des faits de droit commun, liés aux stupéfiants, et un refus d'obtempérer, qui lui valent ce passage en prison. Auparavant, en 2011, il avait été condamné à un mois de prison avec sursis pour port d'arme prohibé. 

Il était également fiché S et enregistré au Fichier de signalement et de prévention de la radicalisation terroriste (FSPRT). S'il a fait l'objet, en 2016 et 2017, d'un suivi effectif, les agents des services des renseignements chargés de sa surveillance n'ont pas noté de signe annonçant un passage à l'acte terroriste, a indiqué François Molins ce vendredi soir lors d'une conférence de presse. 

Il a assuré accomplir ses actes au nom de Daesh 

Au plan familial, il avait au moins deux soeurs. Ces deux femmes, ainsi que leur mère, étaient présentes sur place avec les forces de l'ordre pendant que Radouane Lakdim menait sa prise d'otage dans l'enceinte du supermarché Super U de Trèbes, dans l'Aude. Pendant son séjour dans le magasin, il s'est revendiqué de Daesh et a exigé la libération de Salah Abdeslam. 

Une femme habitant la même cité de l'Aigle de Carcassonne que Radouane Lakdim et sa famille a exprimé sa surprise au micro de BFMTV en fin d'après-midi: "Lui, c’était quelqu’un de discret. Il ne payait pas de mine, un habitant du quartier normal."

Le profil de Radouane Lakdim.
Le profil de Radouane Lakdim. © Capture d'écran BFMTV
L.N. et R.V. avec Sarah-Lou Cohen