BFMTV

Qui est l'assaillant des militaires abattu à l'aéroport d'Orly?

Un Français de 39 ans a été abattu samedi matin à l'aéroport d'Orly. Il avait agressé des militaires après avoir tiré sur des policiers lors d'un contrôle routier. Le parquet antiterroriste s'est saisi de l'enquête.

L'homme abattu ce samedi matin à l'aéroport d'Orly était connu des services de police et de renseignement, a précisé Bruno Le Roux, le ministre de l'Intérieur. La section antiterroriste du parquet de Paris a ouvert une enquête en flagrance après qu'un homme a tiré sur des policiers lors d'un contrôle routier dans le Val-d'Oise, puis tenté de s'en prendre à trois militaires de l'opération Sentinelle en mission dans l'aéroport parisien.

Selon nos informations, l'homme, qui était âgé de 39 ans, était sous le coup d'une fiche J. Il était connu de la justice pour des affaires de droit commun, comme des vols à main armée, du recel et des affaires de drogue. L'homme était d'ailleurs recherché dans le cadre d'une affaire de braquage. Il avait fait plusieurs séjours en prison, dont le dernier entre mars et novembre 2016. Dans le cadre d'un contrôle judiciaire qui lui était imposé dans une affaire de vol par effraction, il était frappé d'une interdiction de sortie du territoire.

Détecté pour sa radicalisation, il était également dans le viseur de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui n'avait toutefois pas estimé nécessaire de le ficher S. Il avait fait l'objet d'une perquisition administrative dans le cadre de l'état d'urgence qui n'avait rien donné. Le porte-parole du ministère de l'Intérieur a indiqué qu'il y avait "possiblement" une motivation terroriste qui devra être établie ou non par la justice.

Car jacking et menaces 

L'itinéraire de l'homme avant d'arriver à l'aéroport d'Orly a été détaillé par le ministre de l'Intérieur. Le suspect a d'abord été repéré à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, à la suite d'un car jacking. Il aurait également proféré des menaces dans un bar à l'encontre des clients. Son parcours le mène ensuite à Garges-lès-Gonesse, dans le Val d'Oise, là où il habite. Des perquisitions sont en cours à son domicile.

-
- © -

Vers 6h50, des policiers de la sécurité publique de Stains vont procéder à son contrôle alors que l'homme se trouve à bord de son véhicule, une Clio blanche, immatriculée à son nom. Il va d'abord coopérer en présentant ses papiers d'identité avant de sortir une arme. Il va tirer sur les agents avec un pistolet à grenaille, "une arme non létale sauf à courte distance", précise Dominique Rizet, consultant police-justice de BFMTV. Les policiers ont riposté en tirant sur le véhicule. L'un d'entre eux a été blessé au visage par des projectiles de plomb.

La voiture a été retrouvée abandonnée sur un parking, à Vitry-sur-Seine, dans le Val-de-Marne, dans le sud de Paris. Les papiers d'identité de l'homme, une carte professionnelle, une attestation de stage de récupération de points de permis, ainsi qu'un t-shirt avec des taches de sang, ont été retrouvés à l'intérieur. Un élément qui laisse à penser que l'homme aurait pu être blessé par les policiers. L'homme aurait alors volé un second véhicule. Une voiture, un Citroën Picasso gris, qui a été retrouvé sur le parking de l'aéroport de Paris.

Justine Chevalier avec le service police-justice de BFMTV