BFMTV

Qu'est ce que le niveau "urgence attentat" du plan Vigipirate? 

Le plan Vigipirate

Le plan Vigipirate - PHILIPPE HUGUEN / AFP

La France est passée cette nuit en posture "urgence attentat" sur décision du gouvernement. Un niveau de vigilance maximal qui permet d'élargir la palette de moyens des forces de l'ordre.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner a annoncé dans la nuit de mardi à mercredi le passage du plan Vigipirate au niveau "urgence attentat", soit son degré de vigilance le plus élevé, après l’attaque sur le marché de Noël de Strasbourg qui a fait trois morts et douze blessés ce mardi.

Créé lors de la refonte du plan Vigipirate décidée en novembre 2016, soit quelques mois après l’attentat au camion-bélier de Nice, le niveau “urgence attentat” assure un niveau de vigilance et de protection maximum en cas de menace imminente d’un acte terroriste ou à la suite immédiate d’un attentat.

Un dispositif qui offre un arsenal de moyens renforcé aux forces de l’ordre, comme l’explique Sarah-Lou Cohen, cheffe du service Police-justice de BFMTV.

“C’est le niveau le plus élevé sur une échelle qui compte trois niveaux. C’est une posture qui permet des contrôles plus accrus, qui permet aussi de mettre en place des dispositifs exceptionnels en terme de déploiement policier, qui permet des fouilles plus systématiques dans les gares, les aéroports, qui donne plus de moyens aux services de police.”

"Il a commis un attentat, il peut en commettre un autre"

Le niveau “urgence attentat” permet notamment de renforcer les contrôles aux frontières, un point qui pourrait s’avérer essentiel puisque les faits ont eu lieu à à peine 5 kilomètres de la frontière franco-allemande. Il permet également de mettre en place des mesures exceptionnelles d’alerte à la population.

“L’objectif, c’est de mettre hors d’état de nuire l’assaillant parce qu’il a commis un attentat, il peut en commettre un autre, d’où cette vigilance accrue”, précise Sarah-Lou Cohen.

Le niveau “urgence attentat” ne peut être mis en place qu’”à la suite immédiate d’un attentat ou si un groupe terroriste identifié et non localisé entre en action”. Cela reste donc un outil limité dans le temps, avant tout lié à une situation d’urgence ponctuelle et de gestion de crise.

François de La Taille