BFMTV

Lille: une figure de l’extrême droite soupçonnée d’avoir fourni des armes à Coulibaly

La justice enquête sur de possibles liens entre Amédy Coulibaly et une figure de l'extrême droite du Nord-Pas-de-Calais.

La justice enquête sur de possibles liens entre Amédy Coulibaly et une figure de l'extrême droite du Nord-Pas-de-Calais. - Off TV - AFP

La justice enquête sur de possibles liens entre Claude Hermant, une figure de la mouvance identitaire dans le Nord-Pas-de-Calais en détention provisoire depuis janvier pour trafic d’armes, et Amédy Coulibaly, l’auteur de la tuerie de l’Hyper Casher à Paris en janvier, selon La Voix du Nord.

Claude Hermant, mis en examen et écroué fin janvier pour un trafic d’armes présumé, avait-il un lien avec Amédy Coulibaly? Les enquêteurs soupçonnent cette figure de la mouvance identitaire du Nord-Pas-de-Calais d'avoir fourni les armes qui ont servi à l'assassin de Montrouge et de l'Hyper Cacher de la porte de Vincennes, d’après La Voix du Nord.

Une "piste très sérieuse"

"C’est une piste très sérieuse, en bonne voie de confirmation", indique une source citée par La Voix du Nord. Depuis plusieurs années, Claude Hermant, un ancien mercenaire qui travaillait ces dernières années dans une friterie à Lille, aurait remis en état de marche et revendu des armes en provenance des pays de l'est. De "nombreuses armes et munitions" ont été saisies lors des perquisitions, ajoute le quotidien régional.

Autre élément pointé par le journal: Claude Hermant avait "des relations" en Belgique, pays où Amédy Coulibaly se serait rendu - à Charleroi plus précisément - pour se procurer des armes. La justice soupçonne donc un lien au moins indirect entre les deux affaires. "Dans ce genre de trafic, il y a toujours un ou des intermédiaires. Claude Hermant ne connaissait pas forcément la destination finale des armes. Ça montrerait en tout cas la porosité entre certains milieux islamistes et du banditisme", explique encore une source.

L’affaire se complique encore. Claude Hermant était aussi, d’après La Voix du Nord, un informateur de la gendarmerie. Mais les deux sources du journal l’affirment, il aurait trafiqué "pour son propre compte pas celui de la gendarmerie".

V.R.