BFMTV

Le recruteur jihadiste Rachid Kassim serait toujours crédible aux yeux de Daesh

Donné emprisonné ou envoyé au front, Rachid Kassim resterait crédible pour Daesh. Le recruteur de terroristes serait par ailleurs blessé au genou, rendant impossible toute participation aux combats.

Pilier de la propagande de Daesh en France, Rachid Kassim assurait qu'il fermerait sa chaîne Telegram pendant l'été. Le jihadiste le justifiait pour raisons de sécurité mais depuis fin juillet, 22 de ses abonnées ont été arrêtés par la police. Parmi eux, se trouvent dix femmes et neuf mineurs. Une dizaine d'entre eux avaient des projets d'attentats.

L'erreur d'appeler des femmes au meurtre

Celui qui transmettait les instructions de l'organisation terroriste semble avoir disparu. Daesh lui reprocherait notamment d'avoir appelé des femmes à commettre des attentats, comme celles qui projetaient de faire exploser des bouteilles de gaz près de la cathédrale Notre-Dame, à Paris. Une posture qui a pu agacer les extrémistes religieux. "L'initative a déplu", commente Achraf Ben Brahim. Pour les besoins d'un livre, l'enquêteur s'est entretenu avec des jihadistes :

"L'Etat islamique considère que le jour où les femmes porteront les armes, c'est un aveu de faiblesse. Ça voudra dire que les hommes qui sont sur le terrain ne peuvent plus assurer ce besoin, donc les femmes deviennent le supplétif".

Une blessure au genou

Selon des sources policières, Rachid Kassim a été envoyé sur le front de Mossoul. Une hypothèse peu probable puisqu'il serait blessé à la rotule, comme il a pu l'affirmer sur Telegram. D'autres sources assurent aussi qu'il est emprisonné par Daesh, une possibilité infondée, selon Achrah Ben Brahim qui assure avoir parlé récemment à Rachid Kassim sur la messagerie instantanée.

"Rachid Kassim est apparu publiquement dans une vidéo de revendication de l'attentat de Nice et l'Etat Islamique ne laisse pas n'importe qui parler en son nom. Surtout pour une vidéo officielle, cela veut qu'il bénéficie d'un sursaut de crédit par rapport à d'autres djihadistes français. "

Rachid Kassim est lié avec plusieurs affaires de terrorisme en France. Mineur interpellé à Paris, commando de femmes, attaques de Magnanville et de Saint-Etienne-du-Rouvray, son nom revient régulièrement.

M.L. avec Cécile Ollivier