BFMTV

Fabien Clain, "voix" française de Daesh, tué par une frappe aérienne en Syrie

Le Français Fabien Clain, l’un des jihadistes français le plus recherchés par les autorités, a été tué hier dans une frappe aérienne de la coalition internationale au sud-est de la Syrie, a t-on appris de sources concordantes.

Il était l’un des Français les plus recherchés par les services antiterroristes. Selon des sources concordantes, Fabien Clain, Toulousain âgé de 41 ans, a été tué mercredi par une frappe aérienne de la coalition internationale. L’homme se trouvait retranché dans le sud-est de la Syrie, proche de la frontière irakienne, là où se trouve le dernier bastion de Daesh, lorsqu’il a été visé par l’une de ces frappes de la coalition internationale. Les autorités françaises affirment que des vérifications doivent toujours être réalisées.

C’est lui qui, au nom de Daesh, dès le 14 novembre 2015, avait revendiqué dans un message audio diffusé sur Internet les attentats de Paris. Un message de plus de 5 minutes dans lequel son frère Jean-Michel chantait des chants religieux, et dans lequel il félicitait le commando de terroristes du 13-novembre, ce qui lui avait valu le surnom de “voix française de Daesh”. Son frère Jean-Michel a lui été grièvement blessé.

Carte Syrie
Carte Syrie © Capture BFMTV

Connu des services de renseignement depuis 2001

Fabien Clain est un des plus anciens jihadistes français. En 2000, il s’était converti à un islam radical dans le quartier du Mirail, à Toulouse, où il vivait. C’est à ce moment là que son comportement et ses fréquentations avaient attiré l’attention des services de renseignement, qui avaient commencé à le suivre, et ne l’avaient plus jamais lâché ensuite.

Toujours à cette période, au début des années 2000, il s’était rapproché d’un certain nombre d’islamistes radicaux, jusqu’à devenir l’un des membres les plus importants de la filière dite d’Artigat, du nom du petit village dans l’Ariège où se retrouvaient un groupe de jeunes radicalisés, qui organisaient le recrutement et le départ de candidats au jihad vers l’Irak. Parmi eux, Mohamed Merah et son frère. En 2007, Fabien Clain avait été arrêté pour sa participation à cette filière, considérée comme l’un des noyaux historiques du jihadisme français, et en 2009, il avait été condamné à cinq ans de prison ferme.

Instigateur de l’attentat avorté de Villejuif

Après avoir purgé sa peine, il s’était installé en Normandie, avant de quitter la France pour la Syrie, avec sa femme, ses enfants, son frère Jean-Michel, et d’autres membres de la mouvance islamiste radicale toulousaine, eux aussi très recherchés par les services français. Les deux frères Clain faisaient d’ailleurs l’objet d’un mandat international d’arrêt depuis le mois de juin 2018, à cause de ce message audio de revendication des attentats.

Fabien Clain est considéré comme l’un des instigateurs de l’attentat avorté de Villejuif, le 19 avril 2015, lorsqu’un étudiant algérien, islamiste radicalisé, Sid Ahmed Ghlam, avait tué une mère de famille, Aurélie Châtelain, de deux balles pour lui voler sa voiture, et avait eu pour projet d’ouvrir le feu à la sortie de messe d’une église.

Il y a à peine deux mois, Fabien Clain avait publié un nouveau message audio de 13 minutes pour appeler à commettre des attentats en France pendant la mobilisation des Gilets Jaunes. Preuve qu’il continuait encore ses activités de propagande depuis la Syrie.

Alexandra Gonzalez