BFMTV
en direct

Emmanuel Macron: "Nous continuerons le combat pour la liberté"

La France rend ce mercredi un hommage national à Samuel Paty à la Sorbonne. La cérémonie, en présence de 400 invités, débutera à 19h30 dans la cour de la Sorbonne.

Le discours d'Emmanuel Macron en intégralité

Le discours prononcé par le président de la République lors de l'hommage national tenu pour Samuel Paty est à retrouver ci-dessous.

Fin de l'hommage national

L'hommage national a pris fin à la Sorbonne. Les participants à la cérémonie quittent progressivement la cour d'Honneur.

La sortie du cercueil de la cour d'Honneur de la Sorbonne

La sortie du cercueil de Samuel Paty s'est effectuée après une minute de silence rendue en hommage à l'enseignant

La Marseillaise jouée par la Garde Républicaine

La Marseillaise est jouée par l’Orchestre à cordes de la Garde Républicaine après le discours d'Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron: "Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins"

Le chef de l'Etat a assuré que les dessins et caricatures continueront à être publiés et montrés.

"Nous continuerons, professeur. Nous défendrons la liberté que vous enseigniez si bien et nous porterons la laïcité, nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent", a assuré le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron: "Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République"

Pour Emmanuel Macron, Samuel Paty "incarnait la République qui renaît chaque jour dans les salles de classe, la liberté qui se transmet et se perpétue dans les écoles"

"Samuel Paty est devenu vendredi le visage de la République", a déclaré le chef de l'Etat

"Nous continuerons ce combat pour la liberté et pour la raison dont vous êtes désormais le visage", a ajouté le président de la République à la fin de son discours.

Emmanuel Macron: "Faire des républicains, c'était le combat de Samuel Paty"

Le chef de l'Etat a poursuivi son discours en saluant l'action de l'enseignant au fil de son parcours professionnel.

"Faire des républicains, c'était le combat de Samuel Paty", a déclaré Emmanuel Macron lors de l'hommage national au professeur.

"Samuel Paty incarnait au fond le professeur dont rêvait Jaurès dans cette lettre aux instituteurs qui vient d'être lue", celui qui "montre la grandeur de la pensée, enseigne le respect, donne à voir ce qu'est la civilisation", a ajouté le président de la République.

Emmanuel Macron: "Ce soir, je veux vous parler de Samuel Paty"

Le président de la République, qui a dénoncé au début de son discours les "lâches" qui ont livré Samuel Paty "aux barbares", a rendu hommage au parcours de l'enseignant qui "aimait les livres et le savoir".

Lecture de la lettre d'Albert Camus à son instituteur

L'hommage se poursuit avec la lecture de la lettre d'Albert Camus à son instituteur Louis Germain par une collégienne.

Lecture du poème "A Samuel" Gauvain Sers

Mariue Cuirot, profreseure d'histoire-géographie et d'histoire des arts au lycée Jules Ferry, poursuit l'hommage en lisant le poème "À Samuel" de Gauvain Sers.

Lecture du texte "Aux instituteurs et institutrices" de Jean Jaurès

L'homme national débute par une lecture du texte "aux instituteurs et institutrices" de Jean Jaurès par Christophe Capuano, un ami de Samuel Paty et enseignant, à la demande de la famille.

Un texte qui s'est conclut par un "Adieu Samuel" de Christophe Capuano.

Arrivée du cercueil de Samuel Paty dans la cour de la Sorbonne

Le cercueil de Samuel Paty fait son entrée avec la chanson One de U2 dans la Cour d'Honneur de la Sorbonne un hommage national lui est rendu.

Emmanuel Macron dans la cour d'Honneur

Le président de la République est arrivé dans la cour d'Honneur de la Sorbonne après avoir remi la Légion d'Honneur à titre posthume à Samuel Paty, en présence de sa famille.

Anne Hidalgo est arrivée dans la cour de la Sorbonne

La maire de Paris est également présente ce mercredi soir à la Sorbonne pour l'hommage national rendu à Samuel Paty.

La tour Eiffel rend hommage à Samuel Paty

Alors que l'hommage national à Samuel Paty doit débuter dans les prochaines minutes, la mairie de Paris fait savoir sur les réseaux sociaux que la tour Eiffel rendra hommage à l'enseignant assassiné.

François Hollande est arrivé à la Sorbonne

L'ancien président de la République assiste à la cérémonie rendue en hommage à Samuel Paty à la Sorbonne.

"C'était un très bon professeur": le témoignage d'une ancienne élève de Samuel Paty

Joy Galland, ancienne élève de Samuel Paty, est revenue sur ses trois années passées avec l'enseignant assassiné.

"C'était un très bon professeur, très à l'écoute. Il nous faisait vivre ses cours. Moi qui avais des difficultés en histoire géographie j'ai vraiment pu rattraper le retard que j'avais grâce à lui", estime Joy Galland.

L'ancienne élève avait également pu participer à de nombreux conseils de classe avec lui en tant que déléguée.

"Il était très blagueur, il faisait beaucoup de blagues... qui parfois n'étaient pas marrantes mais le sourire qu'ils avaient nous faisait rire à chaque fois", raconte-t-elle sur BFMTV tout en expliquant qu'" àucun moment il ne descendait un élève, il le tirait toujours vers le haut".

"Ce qui était bien avec ce professeur c'est qu'on avait énormément de débat. On pouvait tous s'exprimer et il nous a toujours répété que nous étions libres de croire ou de ne pas croire et exprimer nos opinions mais qu'à aucun moment on devait les imposer aux autres", relève Joy Galland.

De nombreuses personnalités politiques présentes

Plusieurs représentants politiques sont présents à l'hommage national rendu ce mercredi soir à Samuel Paty à la Sorbonne, cinq jours après l'attentat de Conflans-Sainte-Honorine.

Parmi ces personnalités figurent l'exécutif, les chefs de partis politiques mais également d'anciens Premiers ministres tels que Edouard Philippe, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve ou Jean-Marc Ayrault sont également présents.

"Le terroriste ne lui a jamais dit qu’il allait passer à l’acte", assure l'avocat du père de l'élève

L'avocat de Brahim C., le père d’élève affirme à BFMTV que son "client est bouleversé par l’horrible assassinat de Samuel Paty."

Son client "n’a jamais cherché à entrer en contact directement avec le professeur, mais toujours par l’intermédiaire de l’établissement. Il ne connaissait pas l’assaillant. Le terroriste ne figurait pas dans la liste de ses contacts et il a eu 5000 communications entre le 7 et le 16 octobre", affirme-t-il, avant d'ajouter:

"Le terroriste ne lui a jamais dit qu’il allait passer à l’acte."

La lettre d'Albert Camus à son instituteur Louis Germain sera lue lors de l'hommage à Samuel Paty

Une lettre, rédigée en novembre 1957 par Albert Camus, sera lue par des élèves lors de l'hommage national rendu à Samuel Paty à la Sorbonne.

Il s'agit d'un texte symbolique, dans lequel l'écrivain français rend hommage à son premier instituteur après avoir reçu le Prix Nobel de Littérature.

Retrouvez ici l'intégralité de cette lettre.

L'assassinat de Samuel Paty "s'inscrit dans un "contexte d'appels aux meurtres"

L'assassinat de Samuel Paty s'inscrit dans un "contexte d'appels aux meurtres" lancés depuis la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo début septembre, avant l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015 à Paris, toujours en cours, a souligné le procureur antiterroriste.

Le magistrat a également évoqué l'attaque au hachoir perpétrée le 25 septembre devant les anciens locaux de Charlie Hebdo et "trois communications" d'Al-Qaïda et de sa branche yéménite qui appelaient au "meurtre" de ceux qui avaient été à l'origine de la rediffusion de ces dessins.

"Il est aujourd'hui clair que le professeur a été nommément désigné comme une cible sur les réseaux sociaux" par le parent d'élève Brahim C. et Abdelhakim Sefrioui "au moyen de manoeuvres et d'une réinterprétation des faits", a résumé le procureur.

Le meutrier a envoyé un message audio en russe après son acte

Après l'attentat, Abdoullakh Anzorov a envoyé un message audio en russe sur les réseaux sociaux, après avoir posté la photo de sa victime, selon une source proche du dossier à l'AFP.

Dans ce message authentifié par la source, Abdullakh Anzorov dit, dans un russe hésitant, qu'il a "vengé le prophète", en reprochant au professeur d'histoire-géographie de l'avoir "montré de manière insultante".

L'exclusion de la fille de Brahim C. a été prononcée "pour des faits totalement distincts"

"Brahim C. a publié sur son compte Facebook trois messages dans lesquels il livrait un récit des faits dont sa fille avait prétendument été victime. Il appelait à la mobilisation, à l'exclusion de Monsieur Paty. Un lien direct était par ailleurs affirmé entre cet événement et l'exclusion de sa fille de l'établissement scolaire pour une durée de 48 heures, alors qu'on sait aujourd'hui qu'il s'agissait d'une décision prise par la direction de l'établissement pour des faits totalement distincts", souligne le procureur.

L'attentat "s'inscrit dans un contexte d'appels au meurtre" après la republication des caricatures

L'attentat "s'inscrit dans un contexte d'appels au meurtre" après la republication des caricatures selon le magistrat du PNAT.

La polémique "reposait sur des faits factuellement inexacts"

"L'enquête a démontré que la polémique enclenchée par Brahim C. reposait sur des faits factuellement inexacts", affirme Jean-François Ricard.

Abdoullakh Anzorov a déclaré vouloir "humilier" et "frapper" l'enseignant

Abdoullakh Anzorov a affirmé aux élèves vouloir "filmer le professeur, de l'obliger à demander pardon pour la caricature du prophète, de l'humilier, de le frapper", précise le procureur national antiterroriste.

L'identification de l'enseignant a été "rendue possible que grâce à l'intervention de collégiens"

Sept personnes dont deux mineurs ont été déférées dans la nuit de mardi à mercredi.

Une information judiciaire a été ouverte de complicité d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste, complicité d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique et d'association de malfaiteur terroriste.

"Si l'auteur des faits ne bénéficiait pas du patronyme de l'enseignant, du nom et de la localisation du collège, il ne disposait pas de moyens permettant de l'identifier. Or cette identification n'a été rendue possible que grâce à l'intervention de collégiens du même établissement", note Jean-François Ricard.

Une identification qui s'est faite "contre rénumération" de 300 à 350 euros, ajoute le magistrat.

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard prend la parole

Le procureur national antiterroriste Jean-François Ricard prend la parole sur les dernières avancées de l'enquête.

Cette dernière cherche à établir si l'assaillant, Abdoullakh Anzorov, a bénéficié de complicités avant d'assassiner sauvagement Samuel Paty, vendredi dernier à Conflans-Sainte-Honorine (Yvelines).

Darmanin porte plainte contre un article de blog hébergé par Mediapart

Gérald Darmanin a déposé plainte mercredi pour "diffamation publique envers la police nationale" après la publication sur un blog hébergé par Mediapart d'un texte accusant la police de "barbarie" pour avoir "exécuté" l'assassin de Samuel Paty.

Dans son courrier au procureur de la République de Paris qu'il a posté sur son compte Twitter, le ministre de l'Intérieur fait référence au blog "hors les murs" publié le 19 octobre sur le site blog-mediapart.fr.

Retrouvez notre article à lire ici.

Attal confirme la volonté du gouvernement de dissoudre le CCIF "dans les semaines à venir"

Interrogé au sujet d'une possible dissolution contre le Comité contre l'islamophobie en France, Gabriel Attal a répondu que le gouvernement prévoyait de "prononcer d'autres dissolutions dans les semaines à venir". Celle du CCIF nécessite encore un "travail juridique" conséquent, a fait valoir le secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre.

Le porte-parole du gouvernement annonce la dissolution du collectif Cheikh Yassine

Lors de son point-presse tenu au sortir du conseil des ministres, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, a annoncé que l'exécutif avait prononcé ce mercredi la dissolution du collectif Cheikh Yassine. "Trop longtemps, des associations dites culturelles ont été le cheval de Troie des islamistes", a-t-il ajouté.

Le collectif Cheikh Yassine, du nom d'un ancien leader du Hamas, est à l'origine un groupe pro-palestinien. Il a été fondé en 2004 par Abdelhakim Sefrioui, agitateur islamiste au centre de l'enquête autour de l'assassinat de Samuel Paty.

Anne Hidalgo propose une semaine consacrée à la laïcité dans les écoles, collèges et lycées

La maire de Paris, Anne Hidalgo, propose "une semaine, dans toutes les écoles" en France dédiée à la "laïcité", quelques jours après l'assassinat de l'enseignant Samuel Paty à Conflans-Sainte-Honorine.

"Nous devons défendre notre République indivisible, laïque, démocratique et sociale", clame Anne Hidalgo dans une tribune publiée mercredi par Libération.

"Je souhaite, en lien avec les Maires de France, qu'une semaine, dans toute les écoles, les collèges et les lycées de France, soit dédiée à la laïcité et aux valeurs de la République autour du 9 décembre, journée nationale de la laïcité", écrit la maire socialiste de Paris.

Minute de silence et brassard noir dans le sport en hommage à Samuel Paty

Une minute de silence, durant les compétitions sportives professionnelles du prochain week-end, et le port d'un brassard noir pour les matches de milieu de cette semaine, ont été décidés par le ministère des Sports en hommage à Samuel Paty.

Dès ce mercredi, en Grèce, les joueurs de l'Olympique de Marseille engagés en Ligue des Champions face à l'Olympiakos, porteront un brassard noir (à minima le capitaine), de même que les équipes "de basket-ball féminin et masculin, de handball, de football, de rugby, de volley-ball et le championnat masculin de hockey-sur-glace" qui joueront des matches en semaine, explique le ministère dans un communiqué.

"La Ligue 1, le Top 14 et la rencontre internationale entre l'équipe de France de rugby et le pays de Galles seront également marqués par une minute de silence en mémoire de Samuel Paty", ajoute le communiqué.

Marine Le Pen sera présente à l'hommage à Samuel Paty

Elle fera partie des 400 invités rassemblés ce soir à la Sorbonne. Marine Le Pen a bien été conviée à la cérémonie d'hommage à Samuel Paty et sera présente.

Le procureur de la République antiterroriste tiendra une conférence de presse à 15 heures

L'enquête progresse. Alors que sept personnes, dont deux mineurs, doivent être présentées à un juge, le procureur de la République antiterroriste doit tenir une conférence de presse consacrée à l'assassinat de Samuel Paty à 15 heures. Vous pourrez la suivre en direct.

Le terroriste et le père qui a posté la vidéo ont échangé à trois reprises avant l'attentat

On en sait plus sur les échanges entre l'auteur de l'assassinat de Samuel Paty et le parent d'élève qui avait diffusé sur les réseaux sociaux une vidéo mettant en cause le professeur d'histoire-géographie. Les deux hommes ont échangé à trois reprises par téléphone et par messages avant l'attentat, a appris BFMTV.

Le père a expliqué en garde à vue ne pas se souvenir de ces échanges, avant été contacté par de nombreux inconnus après la diffusion de la séquence. Il a affirmé n'avoir jamais eu connaissance du projet du terroriste contre l'enseignant.

Richard Ferrand appelle les parents à "foutre la paix aux professeurs"

Richard Ferrand appelle les parents à "foutre la paix aux professeurs". Ils "devraient rester en dehors de l'école", estime le président de l'Assemblée nationale sur BFMTV-RMC, dénonçant un "mélange des genres" parfois.

"Les parents doivent donner l'éducation à leurs enfants, mais ce sont les professeurs qui sont chargés de l'instruction. Ils ne sont pas chargés de se substituer aux parents défaillants, pas plus que les parents n'ont à venir dire comment il faut enseigner", a-t-il poursuivi. "L'école, ce n'est pas un lieu de démocratie participative."

L'élu LaREM appelle à "fermer toutes les trappes à contestation de l'action des professeurs" et à "redonner la pleine autorité aux enseignants".

Lutte contre l'islamisme: Marine Le Pen réclame "des lois d'exception"

Dès lundi, elle exigeait une "législation de guerre" contre l'islamisme. "Il faut des lois d'exception, des juridictions d'exception", insiste ce mercredi matin Marine Le Pen sur Europe 1. "Pour gérer cette problématique, il faut des magistrats spécialisés et des lois spécifiques. Tout en restant dans l'état de droit."

"La Nouvelle République" porte plainte après des menaces liées à la republication d'une caricature de Mahomet

La Nouvelle République a porté plainte après avoir reçu des menaces à la suite de la republication d'un caricature de Charlie Hebdo. Ce dimanche, au surlendemain de l'assassinat de Samuel Paty, le journal a diffusé en une un dessin de "Mahomet débordé par les intégristes" réalisé par Cabu, avec ce fameux commentaire: "C'est dur d'être aimé par des cons."

La une de la "Nouvelle République", le 18 octobre 2020, au surlendemain de l'assassinat de Samuel Paty.
La une de la "Nouvelle République", le 18 octobre 2020, au surlendemain de l'assassinat de Samuel Paty. © "La Nouvelle République"

Un "choix rédactionnel fort", défend Christophe Hérigault, directeur de la rédaction de La Nouvelle république, sur BFMTV. Il a suscité "d'énormes réactions, sur les réseaux sociaux notamment", pour la plupart positives, mais aussi "quatre ou cinq menaces sans équivoque". "Ce qui nous a poussé a porter plainte pour le principe", a-t-il commenté.

"Cette une et l'édito qui allait avec, c'était dire stop à la barbarie, c'était réaffirmer notre attachement à la liberté d'expression, aux valeurs de la République, à la laïcité", a poursuivi Christophe Hérigault. "C'était aussi notre hommage à Samuel Paty."

Comment va se dérouler l'hommage à Samuel Paty

Crise sanitaire oblige, ils ne seront que 400 à pouvoir assister, dans la cour de la Sorbonne, à l'hommage national à Samuel Paty. La cérémonie doit débuter à 19h30 et sera diffusée en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

Après l'arrivée du cercueil, un chant sera interprété par l'orchestre de la Garde républicaine et la maîtrise de Radio France et deux textes seront lus par des élèves et des enseignants. Le chef de l'Etat prononcera ensuite un bref discours, suivi d'une minute de silence en hommage au professeur d'histoire-géographie. Voici les détails du déroulé.

Le décret attribuant la Légion d'honneur à Samuel Paty publié au Journal officiel

Jean-Michel Blanquer l'avait annoncé mardi matin sur BFMTV-RMC: Samuel Paty est désormais chevalier de la Légion d'honneur. Cette décoration à titre posthume a fait l'objet d'un décret du président de la République, paru ce mercredi au Journal officiel.

Sept personnes présentées à un juge antiterroriste

Sept personnes, dont deux mineurs, devaient être déférées dans la nuit pour être présentées ce mercredi à un juge antiterroriste en vue de l'ouverture d'une information judiciaire et d'éventuelles mises en examen après l'assassinat de Samuel Paty, a-t-on appris de source judiciaire.

Parmi elles figurent Brahim C., le parent d'élève qui a lancé la mobilisation contre le professeur après deux cours sur la liberté d'expression dispensés par Samuel Paty, et le sulfureux militant islamiste Abdelhakim Sefrioui, qui l'avait accompagné.

Également déférés, deux mineurs sont soupçonnés d'avoir reçu de l'argent de l'assaillant en échange de renseignements sur la victime. Enfin, trois amis de l'assaillant, qui s'étaient livrés spontanément au commissariat d'Evreux vendredi soir, doivent eux aussi être présentés à un juge.

La France va rendre hommage à Samuel Paty

Bonjour à tous et bienvenue dans ce nouveau direct consacré à l'enquête et aux hommages après l'assassinat de Samuel Paty.

La France rend ce mercredi un hommage national à ce professeur assassiné vendredi. La cérémonie, en présence de 400 invités dont une centaine d'élèves d'établissements d'Ile-de-France, débutera à 19h30 dans la cour de la Sorbonne, lieu symbolique de l'esprit des Lumières et de l'enseignement. Vous pourrez la suivre en direct sur BFMTV et BFMTV.com.

Selon l'Élysée, le président Emmanuel Macron devrait arriver un peu avant pour remettre la Légion d'honneur à titre posthume à l'enseignant, en présence de sa famille.

BFMTV