BFMTV

Attaque au Louvre: ce que l'on sait sur Abdallah El-Hamahmy, l'assaillant présumé des militaires

L'homme a visité le Louvre quelques jours avant l'attaque.

L'homme a visité le Louvre quelques jours avant l'attaque. - Jacques Demarthon - AFP

Malgré un état de santé qui s'est détérioré ces dernières heures, les enquêteurs ont identifié formellement l'homme qui s'est jeté sur des militaires au Carrousel du Louvre. Il s'agit d'Abdallah El-Hamahmy, un Egyptien de 29 ans, qui avait visité le musée quelques jours avant l'attaque.

Un jeune homme de bonne famille souriant et poli. Le parcours d'Abdallah El-Hamahmy interrogent les enquêteurs moins d'une semaine après l'attaque perpétrée à l'encontre de militaires au Carrousel du Louvre à Paris. Cet Egyptien de 29 ans, l'assaillant présumé, a été formellement identifié mercredi après des vérifications. Une identité qu'il avait déclinée lors de ses premières auditions au cours d'une garde à vue qui a dû être levée en raison de la détérioration de son état de santé.

A 29 ans, le jeune Egyptien avait tout pour réussir une belle carrière dans ce riche pays où il était installé. Cadre commercial à Charjah, un des émirats les plus conservateurs du pays, l'homme était supposé être en "voyage d'affaires", selon son père. Sa jeune épouse, enceinte de leur deuxième enfant, se trouve actuellement en Arabie saoudite. Un mariage arrangé par la famille, comme cela se pratique encore couramment, a détaillé son père.

Un homme "souriant"

Arrivé sur le sol français le 26 janvier dernier avec un visa touristique, dont la demande a été faite en octobre dernier, il a logé dans un appartement-hôtel dans le VIIIe arrondissement à 1.700 euros la semaine. Alors que ses proches ne s'expliquent pas ce geste et refusent pour certain de croire à son implication, Abdallah El-Hamahmy est à l'origine de l'achat de deux machettes dans une armurerie à Bastille. 

Quelques jours après l'attaque, l'Egyptien de 29 ans semble avoir fait des repérages. Il a participé à une visite guidée du musée du Louvre. Après avoir vu sa photo dans les médias, le guide se rappelle de cet homme, "l'un des plus souriants du groupe", explique-t-il au Parisien. "Je me souviens très bien lui avoir demandé d'où il venait (...), poursuit le guide touristique. Il a semblé très intéressé par la visite, notamment par le département des antiquités égyptiennes."

Complicités à l'étranger?

Après être resté muet au cours des premières heures de sa garde à vue, Abdallah El-Hamahmy avait indiqué avoir voulu attaquer la France en taguant des oeuvres présentées au musée du Louvre, l'un des emblèmes du pays selon lui. Il a également expliqué ne pas avoir été commandité par Daesh mais revendique une adhésion aux thèses de l'organisation islamique.

Les enquêteurs soupçonnent toutefois des complicités avec l'étranger. Abdallah El-Hamahmy, alors en France, a envoyé les 31 janvier et 1er février dernier des mandats cash pour un montant total de 5.000 euros à destination d'un autre pays européen. Son projet semblait également avoir été mûri: l'Egyptien avait demandé à un ami de vendre tous ses biens et lui avait confié sa carte de crédit ainsi que les clés de son appartement.

Justine Chevalier avec AFP