BFMTV

Argenteuil, Boulogne, Schaerbeek... les avancées de l'enquête sur l'attentat déjoué

Trois hommes ont été interpellés en Belgique en lien avec l'arrestation d'un homme à Boulogne.

Trois hommes ont été interpellés en Belgique en lien avec l'arrestation d'un homme à Boulogne. - Patrik Stollarz - AFP

L'homme interpellé jeudi matin dans les Hauts-de-Seine a été condamné en 2015 par la Belgique aux côtés d'Abdelhamid Abaaoud, instigateur présumé des attentats de Paris. Un nouveau lien qui vient confirmer l'existence de réseau franco-belge alors que trois arrestations à Bruxelles et dans les alentours, dans le cadre d'une opération antiterroriste, ont eu lieu.

"Le réseau des attentats de Paris et Bruxelles "en voie d'être anéanti", mais il y a "d'autres réseaux" qui constituent "une menace". François Hollande a soufflé le chaud et le froid ce vendredi commentant les événements de la journée. Car au fur et à mesure que l'enquête progresse sur les attentats, les liens s'entremêlent un peu plus entre la France et la Belgique. Les services de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) ont déjoué un projet d'attentat à un stade avancé avec l'interpellation d'un homme jeudi matin dans les Hauts-de-Seine.

Une arrestation qui fait le lien avec l'instigateur des attentats du 13 novembre, Abdelhamid Abaaoud. Dans le même temps, vendredi une vaste opération antiterroriste s'est déroulée à Bruxelles qui a conduit à l'arrestation de trois personnes supposées elles-aussi être en lien avec l'homme neutralisé jeudi en France.

> Qui est l'homme arrêté en France

Jeudis soir, le ministre de l'Intérieur annonçait l'arrestation au matin à Boulogne-Billancourt, dans les Hauts-de-Seine, d'un homme soupçonné d'être en préparation d'un projet d'attentat en France. Il s'agit de Reda Kriket, âgé de 34 ans. Né à Courbevoie, il était connu pour des faits de braquages. 

Résidant à Ixelles, autre commune bruxelloise, avant son départ en Syrie, un mandat d'arrêt international avait été lancé contre lui par la Belgique en 2014. En juillet 2015, il est condamné, en son absence, par la justice belge à dix ans de prison lors du procès d'une filière d'acheminement de jihadistes en Syrie. Un procès du dossier Zerkani qui verra aussi la condamnation d'Abdelhamid Abaaoud, l'instigateur présumé des attentats du 13 novembre, et Chakib Akrouh, qui faisait partie du "commando des terrasses".

> Qu'a-t-on découvert lors des perquisitions à Argenteuil

Après l'arrestation de Reda Kriket, l'enquête a conduit les policiers dans un appartement à Argenteuil, dans le Val-d'Oise. Des perquisitions ont commencé dès jeudi soir avec l'intervention des services de déminage. Sur place, les enquêteurs ont découvert des fusils d'assaut, dont des Kalachnikovs, mais aussi des explosifs ainsi que des substances permettant de fabriquer du TATP, comme de l'eau oxygénée, de l'acétone et de l'acide.

> Des arrestations en Belgique en lien avec l'attentat déjoué

Les liens se multiplient entre la France et la Belgique. Ce vendredi, trois personnes ont été interpellées, a annoncé le parquet fédéral belge. "Deux perquisitions ont été menées ce matin dans un dossier de terrorisme lié à l’arrestation hier soir à Argenteuil du nommé Reda Kriket", ont précisé les autorités.

L'une d'entre elle a eu lieu à Forest et l'autre à Saint-Gilles, deux communes bruxelloises conduisant à l'arrestation de Tawfik A. et de Salah A. Une troisième personne a été arrêtée un peu plus tard dans la journée cette fois-ci à Schaerbeek. Elle a été blessée à la jambe.

Pour autant, Bernard Cazeneuve, le ministre de l'Intérieur a précisé jeudi soir qu'"aucun élément tangible" ne reliait le projet d'attentat déjoué aux attaques de Paris ou de Bruxelles.

Justine Chevalier