BFMTV

Abdeslam arrêté: "Un coup important porté à Daesh", estime Cazeneuve

Le ministre de l'Intérieur a rappelé samedi sa détermination "totale" à juguler "la menace terroriste", au lendemain de l'arrestation de Salah Abdeslam.

L'arrestation vendredi à Bruxelles de Salah Abdeslam, suspect-clé des attentats de novembre à Paris, est "un coup important porté à l'organisation terroriste Daesh en Europe", a estimé samedi le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, à l'issue d'un conseil de sécurité restreint à l'Elysée. 

"Les opérations de la semaine écoulée ont permis de mettre hors d'état de nuire plusieurs individus qui ont fait la preuve de leur extrême dangerosité et de leur totale détermination", a-t-il indiqué, ajoutant: "Salah Abdeslam devra répondre de ses actes devant la justice française".

Personnage clef des attentats les plus meurtriers jamais commis en France, Salah Abdeslam fait l'objet depuis le 24 novembre 2015 d'un mandat d'arrêt européen émis par un juge français, ce qui devrait faciliter sa remise à la justice française. Le mandat d'arrêt européen permet d'éviter la procédure internationale standard, l'extradition, souvent plus lourde et incertaine.

74 arrestations depuis janvier

Le ministre de l'Intérieur a également salué "la coopération entre les services de police et de renseignement belge et français" qui ont mené à cette vague d'arrestations. Une opération à laquelle "des fonctionnaires français ont pris part", a confirmé Bernard Cazeneuve.

Dans le cadre de l'enquête sur les attentats du 13 novembre, "dix individus ont été mis en examen, dont deux en France et huit en Belgique. D'autres individus sont encore activement recherchés", a ajouté le ministre.

Plus largement, depuis le début de l'année, "74 individus, en lien avec des activités terroristes ont été interpellés, 37 ont été mis en examen, 28 ont été écroués." Une activité "qui permet de démanteler des filières de recrutement, des filières d'acteurs déterminés à passer à l'acte." "Nous gagnerons la menace terroriste en agissant sans trêve ni pause", a conclu le ministre.

A. G.