BFMTV

Salah Abdeslam a "volontairement refusé de se faire sauter", selon son frère

Selon Mohamed Abdeslam qui s'est confié à BFMTV, son frère a formulé de nombreux regrets lors d'une entrevue d'une heure dans la prison de Bruges.

Selon Mohamed Abdeslam, qui a recueilli les confidences de son frère à la prison de Bruges pendant plus d'une heure ce vendredi, Salah Abdeslam a "volontairement refusé de se faire sauter". Le frère du terroriste a expliqué à BFMTV les regrets exprimés par Salah Abdeslam. Ce dernier, arrêté après quatre mois de cavale, est suspecté d'avoir pris une part active aux attentats du 13 novembre.

"Si j'avais voulu, il y aurait eu plus de victimes", aurait assuré le terroriste.

"Heureusement, je n'ai pas été jusqu'au bout", aurait-il ajouté, expliquant à son frère s'être fait entraîner dans le projet macabre par des connaissances. D'après les propos rapportés Mohamed, Salah Abdeslam serait loin d'être la tête pensante des attentats de Paris et n'aurait pas été au courant dès le début de ce qui allait se passer. Toutefois, il a tout de même confirmé qu'il avait bien une ceinture d'explosifs le soir du 13 novembre.

Il "veut collaborer"

Mohamed Abdeslam a expliqué à BFMTV que son frère, sur le point d'être transféré vers l'hexagone, "veut collaborer car il a des comptes à rendre à la France mais pas à la Belgique".

Salah Abdeslam "est au courant des attentats du 22 mars car il a la télé dans sa cellule", mais il aurait nié auprès de son frère toute implication dans ces attaques.

Mohamed Abdeslam a confié à BFMTV que son frère était fatigué et avait toujours du mal à marcher. Il a en effet été blessé par les forces de l'ordre lors de son interpellation le 18 mars. C'était la deuxième fois que Mohamed Abdeslam rencontrait son frère en Belgique.

A. D. avec Ani Basar