BFMTV

RER D: dix-neuf suspects en garde à vue

Dix-neuf personnes ont été placées en garde à vue jeudi (photo d'illustration).

Dix-neuf personnes ont été placées en garde à vue jeudi (photo d'illustration). - -

Après le coup de filet de mercredi, 19 personnes ont été placées en garde à vue pour une attaque de voyageurs survenue le 16 mars dans une rame du RER D à Grigny.

Dix-neuf personnes suspectées d'avoir participé à une agression coordonnée de voyageurs dans le RER D ont été placées en garde à vue à la suite de l'opération policière menée mercredi à Grigny (Essonne).

Seize jeunes, âgés de 14 à 18 ans, avaient été interpellés mercredi à l'aube, la quasi-totalité habitant la cité sensible de Grigny 2, classée zone de sécurité prioritaire (ZSP). Une 17e personne a été arrêtée plus tard dans la matinée et deux autres jeunes se sont présentés à la police.

Entre 180 et 190 policiers, dont une équipe du Raid, avaient investi au petit matin cette gigantesque copropriété qui jouxte la gare du RER D de Grigny-Centre.

Plusieurs interpellés soupçonnés d'autres attaques

C'est là que, le 16 mars, une vingtaine de jeunes avaient pris d'assaut une rame de RER et agressé plusieurs passagers pour les forcer à leur remettre leurs effets personnels: portables, portefeuilles et autres sacs à main.

Si ce raid n'avait pas fait de blessé, il avait beaucoup impressionné, relançant la polémique alimentée par la droite sur l'insécurité dans les transports d'Ile-de-France.

Certains des interpellés sont également soupçonnés d'avoir participé à deux autres attaques de moindre ampleur perpétrées les 13 et 15 mars, toujours sur le RER D.


À LIRE AUSSI: >> Pour Valls, l'attaque du RER D "ne peut pas rester impunie"

>> RER D: Seize interpellations lors d'une opération de police

>> Une bande détrousse les passagers à Grigny