BFMTV

Quatre hommes projetaient un attentat le 17 novembre en profitant de la mobilisation policière pour les gilets jaunes

Laurent Nunez - Image d'illustration

Laurent Nunez - Image d'illustration - BFMTV

Ils ont été interpellés à Saint-Etienne, le 13 novembre, par la sous-direction antiterroriste. Les quatre individus sont soupçonnés d’avoir voulu passer à l’acte le premier jour du mouvement des gilets Jaunes.

Depuis quatre jours, les forces de l'ordre sont mobilisées pour assurer la sécurité des gilets jaunes et des automobilistes pris dans les blocages qui émaillent le territoire. Mais la menace terroriste ne tarit pas, rappelle Laurent Nuñez sur BFMTV mardi soir. Il fait ainsi remarquer que les effectifs qui sont occupés sur ces barrages, sont des agents en moins pour assurer la mission de lutte contre le terrorisme. Et quatre hommes ont tenté de profiter de cette brèche.

Passage à l'acte "violent"

Le 13 novembre, la sous-direction antiterroriste a interpellé un groupe d'individus qui projetaient un passage à l'acte "violent" au premier jour de mobilisation des gilets jaunes.

En raison des nombreux blocages attendus, "ils savaient que les policiers seraient moins mobilisés pour des mission de surveillance et de lutte contre le terrorisme", explique le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur. 

Pour Laurent Nuñez, ces grands rassemblements constituent toujours un facteur d'inquiétude supplémentaire "mais les services de renseignements restent, quant à eux, tout à fait concentrés sur leur mission de repérage".

Ambre Lepoivre