BFMTV

Procès Hallyday: ce que pourrait changer l'obtention de la nationalité américaine pour Laeticia

Laeticia Hallyday le 9 décembre 2017, pour la cérémonie funéraire de Johnny Hallyday à l'église de La Madeleine à Paris

Laeticia Hallyday le 9 décembre 2017, pour la cérémonie funéraire de Johnny Hallyday à l'église de La Madeleine à Paris - Ludovic Marin - POOL - AFP

Si sur le plan du droit, le procès et les causes du procès ne changent pas, l'obtention potentielle de la nationalité américaine par Laeticia Hallyday pourrait lui fournir des arguments en cour d'appel.

Alors que Laeticia Hallyday subissait un premier revers judiciaire en début de semaine, différentes sources, dont son avocat, ont annoncé qu'elle avait demandé la nationalité américaine. D'après Maître Ardavan Amir-Aslani sur BFMTV ce vendredi matin, elle a entamé les démarches dès "le mois de mars"

Mardi, le tribunal de grande instance de Nanterre a reconnu que "la résidence habituelle de Jean-Philippe Smet (...) était en France" et non aux États-Unis. Le TGI a donc déclaré la justice française compétente pour trancher sur l'héritage de Johnny Hallyday. Mais Laeticia Hallyday répète qu'elle, Johnny et leurs deux filles habitaient bien plus aux États-Unis, et a donc fait appel de cette décision. Sa demande de nationalité américaine pourrait-elle faire pencher la balance en sa faveur?

La "nationalité américaine ne change absolument rien sur le fond"

"Cette décision de prendre une nationalité américaine ne change absolument rien sur le fond, au plan du droit français puisque en réalité ce qui compte c'est la situation de Johnny Hallyday au moment de son décès", déclare sur BFMTV Emmanuel Ravanas, l'avocat de Laura Smet. 

Johnny et Laeticia Hallyday ont obtenu leur Green card (permis de résidence aux États-Unis) en avril 2014. Une fois ce permis de résidence obtenu, il faut attendre 5 ans avant d'effectuer une demande de citoyenneté américaine, pour prendre la nationalité du pays. Johnny Hallyday est décédé avant de pouvoir la faire et avait donc la nationalité française au moment de sa mort. Cette échéance est tombée, en revanche, pour Laeticia Hallyday il y a quelques semaines. L'annonce de sa demande de nationalité américaine semble donc être un hasard avec le déroulé du procès actuel.

"Ce n'est pas une contre-attaque, c'est une suite naturelle de la volonté d'une famille de s'établir là bas", assure Maître Ardavan Amir-Aslani, qui inclut Johnny Hallyday dans ce désir, "il n'y a pas là de malice de la part de Laeticia".

"Développer de nouveau nos arguments devant la cour d'appel"

Mais cette demande pourrait toutefois servir le propos de la veuve de Johnny Hallyday qui cherche à faire reconnaître le testament américain laissé par Johnny Hallyday, rédigé en vertu du droit américain, non français. Si l'immigration américaine reconnait qu'elle a été résidente assez longtemps aux États-Unis, et peut ainsi accéder à la nationalité américaine, cela pourrait signifier que la résidence permanente de sa famille, dont faisait partie Johnny Hallyday, se trouvait aux États-Unis, et non en France.

"Ce n'est pas l'obtention de la nationalité américaine en tant que telle qui va changer les choses", confirme Maître Ardavan Amir-Aslani, "mais cette affaire là va nous permettre de développer de nouveau nos arguments devant la cour d'appel".

"Comme [Johnny Hallyday] a sa résidence habituelle en France, ça signifie que désormais même le droit successoral, juridique et fiscal s'appliquera en France", a martelé de son côté Maître Pierre-Jean Douvier, l'avocat de David Hallyday, sur BFMTV.

Une nouvelle ère de communication

Avec cette annonce, on entre dans une nouvelle ère de communication: Laeticia Hallyday s'affichant désormais comme étant véritablement américaine. Avec un objectif multiple: reprendre la main médiatiquement et effacer dans l'opinion le camouflet subit cette semaine, tout en prouvant sa bonne foi.

La colère entre les deux camps n'est pas prête de s'apaiser. Sur le réseau social Instagram, Laeticia Hallyday a dernièrement "liké" une photo de Johnny sur laquelle un internaute avait écrit: "Honte à la justice française, honte aux deux chouineurs enfants indignes", en référence à David Hallyday et Laura Smet.
Salomé Vincendon