BFMTV

Pour l'avocat de la famille d'Alexia, "la crédibilité de Jonathann Daval est sujette à caution"

Jean-Marc Florand a fait un point sur les éléments du dossier lors d'une conférence de presse à la mi-journée. L'avocat de la famille d'Alexia Daval a appelé à "la plus grande prudence" dans ce dossier "à rebondissements".

Jonathann Daval, qui avait avoué avoir étranglé son épouse "par accident" évoque dorénavant un "complot familial" et accuse le mari de la soeur d'Alexia Daval de l'avoir étranglée.

"On se demande qui est Jonathann Daval aujourd'hui', a expliqué l'avocat de la famille d'Alexia Daval, Jean-Marc Florand, lors d'une conférence de presse à la mi-journée. D'après lui, "sa crédibilité est sujette à caution."

"Alexia a été tuée avec une extrême violence"

"Ce que dit Jonathann Daval ne colle pas avec la réalité objective du dossier", a martelé l'avocat, pointant des incohérences dans les différentes versions des faits livrées par le suspect. "Tout ce qu'il dit ne correspond pas au dossier", a insisté l'avocat. "S'il a une responsabilité dans ce crime, je continue à penser qu'il a des complices". 

Interrogé sur le détail de la version donnée par Jonathann Daval, le conseil a précisé que le tout ressemblait à "une espèce de fable". "Tout le monde aurait eu un moment d'égarement", a-t-il résumé.

"Ma conviction c'est qu'Alexia a été tuée par un ou deux personnes avec une extrême violence, une rage et une haine considérable. Pour cela il faut un mobile", a avancé Jean-Marc Florand.

La piste d'une complicité

D'après lui, "la santé mentale de Jonathann Daval pose question". Il a d'ailleurs affirmé attendre avec impatience les expertises psychologiques et psychiatriques qui ont été ordonnées, évoquant "une espèce de Dr Jekyll et Mister Hyde", en référence au célèbre personnage double du roman de Robert Louis Stevenson. "Même si cela ne donnera aucune vérité sur le ou les meurtriers", a-t-il concédé. 

"J'ai du mal à penser que s'il y est pour quelque chose il n'ait pas fait appel à quelqu'un d'autre, mais ça n'engage que moi", a-t-il ajouté.
"Je suis persuadé que Jonathann connaît la vérité, c'est mon intime conviction pénale. Laquelle, je ne sais pas, mais lui la sait, je ne sais pas quel est son rôle là-dedans", a-t-il avoué. 

L'avocat a précisé qu'il avait toujours évoqué le thème de la complicité avec l'accord de la famille d'Alexia Daval. Au fil de ce très long entretien, l'avocat a plusieurs fois utilisé le mot "compliqué" pour définir ce dossier. "Tout est comme ça dans le dossier, il n'y a rien de solide à part l'autopsie", a-t-il confié. 

Cy.C et Charlie Vandekerkhove