BFMTV

Passeports diplomatiques de Benalla: trois proches d'Emmanuel Macron convoqués par la justice

Patrick Strzoda, Alexis Kohler et François-Xavier Lauch.

Patrick Strzoda, Alexis Kohler et François-Xavier Lauch. - AFP

Alexis Kohler, Patrick Strzoda et François-Xavier Lauch sont convoqués comme témoins ce mercredi par la justice pour s'expliquer sur les conditions dans lesquelles Alexandre Benalla a obtenu ses passeports diplomatiques.

Rendez-vous devant la justice pour trois proches d'Emmanuel Macron. Alexis Kohler, le secrétaire général de l'Elysée, Patrick Strzoda, le directeur de cabinet de la présidence, et François-Xavier Lauch, le chef de cabinet du président de la République, ont rendez-vous ce mercredi dans le bureau des juges en charge de l'enquête sur l'obtention et l'utilisation de passeports diplomatiques par Alexandre Benalla. Les deux premiers vont être entendus comme témoins, le dernier est partie civile dans ce dossier.

Il s'agit d'une étape classique dans cette procédure concernant l'obtention et l'utilisation de passeports diplomatiques et de service d'Alexandre Benalla, ancien chargé de mission de l'Elysée. Alexis Kohler et Patrick Strzoda seront entendus sur ces points. Ce dernier a été mis en examen en janvier dernier pour "usage public et sans droit d'un document justificatif d'une qualité personnelle", et placé sous le statut de témoin assisté pour "abus de confiance", "faux et usage de faux document administratif" et "obtention indue de document administratif".

Soupçons d'utilisation frauduleuse

L'enquête ouverte par le parquet de Paris fait suite à un signalement du ministère des Affaires étrangères auprès de l'autorité judiciaire, après les révélations initiales de Mediapart sur la possession et l'utilisation de passeports diplomatiques par Alexandre Benalla. Il est soupçonné de les avoir utilisés une vingtaine de fois après son licenciement par l'Elysée. D'après la version du mis en cause, il avait restitué ces passeports après son départ de la présidence mais, lors de la restitution de certaines affaires, une personne, qu'il refuse de nommer, lui aurait remis les passeports. 

Devant les sénateurs, le directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, avait affirmé que la demande d'un second passeport de service avait été faite par Alexandre Benalla au ministère de l'Intérieur grâce à une lettre à en-tête du chef de cabinet de l'Élysée, mais "dactylographiée" et non signée. En clair, "nous soupçonnons une falsification faite par M. Benalla", avait déclaré Patrick Strzoda, indiquant alors avoir saisi le parquet de Paris. Face à ces soupçons d'utilisation frauduleuse d'un papier à-en-tête de la présidence, François-Xavier Lauch, chef de cabinet d'Emmanuel Macron, s'est constitué partie civile, s'estimant victime.

Alexis Kohler et Patrick Strzoda pourraient être entendus dans les prochaines semaines dans le cadre d'un autre volet de la tentaculaire affaire Benalla. Lundi, le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire du chef de "faux témoignages" après le signalement par le président du Sénat de suspicions de fausses déclarations devant la commission d'enquête du Sénat visant Alexandre Benalla, Vincent Crase, mais aussi Patrick Strzoda, Alexis Kohler, secrétaire général et Lionel Lavergne, chef du groupe de sécurité, pour "une liste des incohérences et contradictions relevées dans le rapport".

Justine Chevalier